Une première année pro mouvementée

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Une première année pro mouvementée
Morgan Adams-Moisan (Photo : courtoisie L’Aréna du Rocket inc.)

HOCKEY. La première année professionnelle a été chargée pour le hockeyeur latuquois Morgan Adams-Moisan, lui qui a fait la navette entre les Mariners du Maine dans la East coast hockey league (ECHL) et le Rocket de Laval dans la Ligue américaine de hockey (LAH). L’attaquant de puissance se dit très satisfait de cette première expérience chez les pros.

En 42 rencontres avec les Mariners du Maine, le Latuquois de 22 ans a compilé une fiche de 15 buts et 6 passes pour 21 points, un différentiel de -4 et 98 minutes de punition. Avec le club-école du Canadien de Montréal, Adams-Moisan a obtenu un filet et une aide en 16 rencontres, présente un différentiel de -2 et 26 minutes de punition.

Ayant un contrat d’un an à deux volets (ECHL et LAH), Morgan a commencé l’année au Maine, et il a été rappelé à trois reprises au sein du Rocket de Laval en cours d’année.

«Avec le millage de cette année, j’ai pu voir la game pro qui est très différente du junior. Tu joues contre des hommes qui sont plus forts, plus vite, et ont une meilleure exécution. Mes 15 premiers matchs au Maine ont été beaucoup plus durs. Quand j’ai compris que je devais garder mon jeu simple, ça s’est mieux déroulé. J’ai ensuite été rappelé une première fois avec Laval en décembre. Et dans la LAH, le jeu est encore plus rapide.»

Les  conseils de Brière

C’est un certain Daniel Brière, le vice-président des opérations des Mariners du Maine et ancienne vedette de la LNH, notamment avec le Canadien, qui a permis au Latuquois d’éclore chez les professionnels. «Après presque deux mois d’action, je n’avais pas marqué avec le Maine. Daniel Brière est venu me voir sur la glace pendant une pratique. Il m’a dit: Big Mo, arrête de penser à ça, et garde ton jeu simple. Il m’a demandé ce que j’avais fait à Drummondville pour connaître du succès offensivement. J’ai répondu que j’allais au filet et que je gardais mon jeu simple. Daniel m’a dit que ce n’est pas parce qu’on change de ligue qu’il faut changer son jeu. J’ai marqué mon premier but et ça allait très bien ensuite. Je ne m’attendais pas à marquer 16 buts au total à ma première année pro.»

Avec le Rocket, l’attaquant de plus de 220 livres a surtout été utilisé sur la quatrième ligne et l’entraîneur Joël Bouchard lui a donné un mandat de déranger physiquement pour donner du momentum à ses coéquipiers. «Le but et la passe que j’ai eus, c’est un bonus pour moi.»

Adams-Moisan le reconnaît, il sait qu’il devra améliorer sa vitesse afin de pouvoir évoluer dans la LAH. Il est présentement sans contrat pour la prochaine saison. «J’ai adoré mon année avec Laval. Je serais content de revenir l’an prochain. Mais mon objectif est de tout faire en sorte pour rester dans la LAH. Parfois, pour des gros bonhommes comme moi, le développement est plus long, et si c’est mieux pour moi de passer par la ECHL, je ne serais pas dévasté. Je vais faire ce que j’ai à faire pour monter ensuite.»

Morgan Adams-Moisan
Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des