Offensive auprès des membres pour assurer le démarrage de la saison du Club de golf

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Offensive auprès des membres pour assurer le démarrage de la saison du Club de golf
(Photo : Michel Scarpino)

SPORT. Bien malin qui peut affirmer quand la saison débutera dans les différents clubs de golf du Québec, mais ceux-ci doivent quand même amorcer l’entretien de leurs terrains, dès la fonte de la neige. Des coûts importants en cette période où les revenus ne sont pas au rendez-vous.

Le Club de golf et curling de La Tuque a lancé une campagne de financement spéciale, à l’intention de ses membres.

«Avec ce qui arrive par la COVID-19, le club de golf a toujours respecté les règles», clarifie en partants le président, Jacques Fraser. Voilà pourquoi l’établissement a fermé ses portes depuis déjà quelques semaines.

Même si la saison devait démarrer très tardivement, l’administration du club de golf de La Tuque qui n’a pas le choix d’entreprendre l’entretien. «Si on ne fait rien, on perd les «greens» dans un mois. Les mauvaises herbes vont pousser et c’est fini. Il faut aussi tondre les allées, car on ne peut plus entrer les machines après. On perd notre année si on ne fait rien», tranche le directeur du club, Arnoldo Salis.

«On n’aura pas le choix de partir notre machinerie, des tracteurs, des véhicules tout-terrain et surtout les tondeuses pour les verts et les allées. Il faudra engager un mécanicien pour repartir notre machinerie et entretenir le terrain», enchaîne le président. Un autre employé devra aussi être embauché. Des bénévoles seront aussi mis à contribution pour couper la pelouse.

L’affûtage des couteaux de la tondeuse et l’achat des engrais coûtent chacun 8000$, des dépenses incontournables. Au total, l’entretien du terrain pourrait coûter 45 000$.

Aucune collecte de fonds ne sera entreprise auprès des commanditaires, tel que le fait habituellement le Club de golf au début de chaque année. Une perte de revenus de 12 000$ à 15 000$ évalue le président: «On a une perte de revenus sur les commanditaires, sur les cartes de membres en plus d’une perte très importante pour les cinq dernières semaines de curling (évaluée à 12 000$)».

Deux bonspiels auraient pu être présentés durant cette période ce qui aurait également amené de l’eau au moulin. Le Club ne peut plus compter sur les revenus du bar et la location de salle. Tous les employés ont été temporairement mis à pied.

La situation de la pandémie de la COVID-19 évolue quotidiennement. On ignore quand les activités pourront reprendre. «Dans les cinq dernières années, la saison a débuté entre le 26 avril et le 7 mai. Ça dépend du printemps», évalue Arnoldo Salis. Les administrateurs du club de golf s’estimeront chanceux s’ils peuvent démarrer leur saison le 15 mai.

«Ce qu’on s’est donné comme chiffre, c’est une saison ordinaire le 15 mai, une saison tardive le 15 juin et une saison très tardive, le 15 juillet. Après, plus de la moitié de la saison est passée. Si les membres n’ont pas pris leur carte encore à ce moment, on doit baisser le prix de la moitié. On aura entretenu le terrain jusque-là sans fonds», ajoute M. Fraser.

Aide des membres

Pour cette raison, les membres du club de golf ont été invités à verser un dépôt de 300$, par chèque, pour aider à démarrer la saison. «Si tous les membres embarquaient, soit une centaine de membres, ça nous donnerait 30 000$», estime M. Fraser.

Le montant leur sera remboursé pendant deux ans, à raison de 150$, déduits sur leurs deux abonnements subséquents. Il ne s’agit pas d’un montant en surplus sur l’abonnement de golf.

D’ailleurs, vendredi, au moment où L’Écho a contacté le président, ce dernier notait déjà un enthousiasme chez les membres qui ont fait parvenir des chèques par la poste: «Les gens embarquent pas mal. Jusqu’à maintenant, on est satisfait». Il est aussi possible de verser des contributions volontaires.

Aide fédérale

Les administrateurs du Club de golf et curling de La Tuque ont accueilli comme une véritable bouffée d’air frais la confirmation d’un prêt sans intérêt de 40 000$ du gouvernement fédéral, jeudi.

«C’est une excellente nouvelle. Ça va nous aider à gérer un peu plus le quotidien, les activités normales du club», disait Jacques Fraser.

Il demeure prudent quant à l’utilisation de cet argent, dont on a beaucoup besoin: la campagne de 300$ demeure justifiée, plus que jamais.

Le Club de golf et curling de La Tuque devra remettre cette aide financière le 31 décembre 2022. Si le Club rembourse le montant à ce moment, 10 000$ pourront demeurer dans ses coffres.

Le membrariat des golfeurs se maintient bon an mal an, soit autour de 120, alors que les curleurs se sont faits plus nombreux, d’une vingtaine, l’hiver dernier. On a également compté beaucoup de joueurs occasionnels (à la journée).

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des