Nouvelle surfaceuse pour La Tuque Rouge

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Nouvelle surfaceuse pour La Tuque Rouge

SKI DE FOND.  Le club de ski de fond La Tuque rouge s’est procuré, dernièrement, de nouveaux équipements pour assurer le traçage et l’entretien de sa quarantaine de kilomètres de sentiers.

Optant d’abord pour de l’équipement neuf, les dirigeants se sont tournés vers une solution davantage à la hauteur de leurs moyens.

«On a demandé des subventions pour acheter une machine neuve, mais ça n’a pas fonctionné, ce sont des machines qui coûtent 300 000$», affirme Richard Lavoie, président du club de ski de fond.

Même avec 60 % de subventions, La Tuque Rouge aurait  dû verser 120 000 $ et Richard Lavoie est bien conscient que le club de 150 membres ne peut se permettre une telle dépense : «On est retourné sur le marché pour voir ce qu’on pouvait faire, à la hauteur de nos moyens».

Un petit camion Suzuki muni de chenilles a donc été acquis pour 17 000$, avec une niveleuse, pour un montant total d’environ 35 000 $. Le nouvel équipement peut tracer des pistes de ski de fond classique ou patin. Le club a eu l’aide du gouvernement du Québec pour éponger 60 % de la facture.

Le président ne cache pas qu’on va économiser sur les coûts d’utilisation et d’entretien des pistes.

Tracer les pistes peut se faire à partir d’une motoneige, mais c’est loin d’être évident lorsqu’on connaît un hiver rigoureux et froid. Le nouveau camion offre un environnement chauffé qui facilite grandement la tâche. «C’est le produit qui rencontrait le plus nos besoins», identifie le président de La Tuque Rouge.

On y fixera une gratte, équipée avec un rouleau pouvant modifier la surface de neige et donner une meilleure qualité de pistes.

Avec la motoneige que le club utilisait déjà pour tracer des pistes, on sera en mesure de faire tout le travail dans une matinée.

Une collaboration aussi été établie avec le Club motoneige de La Tuque, qui peut passer dans les sentiers avec son équipement, après quoi il ne reste qu’à produire les traces de ski.

«Ça donne une bonne idée de ce qu’on peut faire ensemble pour garder un club de ski de fond potable, à prix raisonnable, étant donné qu’on n’est pas 1000 membres».

Les motoneigistes dans les sentiers

Richard Lavoie ne s’en fait pas outre mesure avec la présence de motoneiges dans les pistes du Club de ski de fond qu’il dirige. Si certains clubs en Mauricie ont déploré la présence de motoneigistes qui brisent les sentiers, à La Tuque, c’est occasionnel.

«Il y a occasionnellement des motoneiges qui viennent. On n’en fait pas tout un plat. On pense qu’il y en a qui sont perdus. On se rend compte qu’il y en a qui arrivent dans nos pistes, qui s’en aperçoivent tout de suite et rebroussent chemin. D’autres pensent qu’ils vont se sortir de là et font 1, 2 ou 3 km», a-t-il remarqué.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des