Le vétéran du flag-football tire sa révérence

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Le vétéran du flag-football tire sa révérence
Marcel Germain a disputé les 42 saisons de la Ligue de flag-football `de La Tuque. (Photo : l'Écho Michel Scarpino)

FLAG-FOOTBALL. 42… c’est le nombre d’années d’existence de la Ligue de flag-football Rémabec La Tuque, et 42, c’est le nombre de saisons de Marcel Germain à avoir évolué dans la ligue. Le seul joueur ayant disputé toutes les saisons automnales prend sa retraite.

Mercredi dernier, il s’agissait du dernier match en saison de Marcel Germain, et en plus, il affrontait sa fille fanny qui joue dans la ligue depuis 10 ans.

Beaucoup de gens ont passé dans la ligue en 42 ans. Quel est le plus beau souvenir du vétéran? «C’est quand ma fille a commencé à jouer. En plus à sa première saison, on a joué ensemble dans la même équipe. J’ai adoré ça! En plus j’ai deux petits-fils, et ils sont venus au terrain, ils trouvent ça le fun! Le père et la mère les habillent en flag, et son grand-père aussi! C’est rafraichissant et valorisant de voir ça!»

Fanny Germain en compagnie de son père Marcel.

M. Germain se souvient qu’il était dans les derniers inscrits lors de la première saison. «J’adore le football et les sports d’équipe avec le côté social. Ça ne dure pas longtemps, tu n’as pas le temps de te tanner, ça ne coûte pas trop cher. Et la première année, je suis rentré sur le tard parce que les inscriptions étaient presque terminées. Je n’ai jamais manqué une année ensuite.»

La ligue a évolué au fil des ans, autant au niveau des règlements que du nombre d’équipes. «Il y a eu une évolution pour les règlements au fil des ans. Au début, c’était des règlements de débutant si on peut dire. Il y avait quatre équipes alors que depuis plusieurs saisons, on est cinq équipes. Ça va me faire un petit quelque chose d’arrêter, mais il faut se rendre à l’évidence quand le corps a de la difficulté à suivre. En plus avec les jeunes qui arrivent année après année, c’est dur d’être aussi performant qu’à nos belles années! Mais ce que je trouve le plus différent, c’est le nombre de gars qui vont à la bière après les matchs. Sur cinquante joueurs il y a 40 ans, on était peut-être 40 à aller prendre une bière et jaser. Mais dans les dernières années, on était 4-5 à aller prendre une bière. Mais il reste que le côté social est encore présent et toujours le fun!»

Toutefois cette année, Covid oblige, les participants ne fraternisent plus après les matchs et il n’y aura pas de souper de fin de saison.

À la blague, Marcel raconte souvent aux plus jeunes comment il pouvait être performant à leur âge. «Mais il n’y a rien pour le prouver, parce qu’il n’y avait pas de statistiques avant», exprime-t-il en riant.

Le futur retraité du flag-football voulait se retirer après 40 saisons, mais comme il manquait de joueurs l’an passé, il a poursuivi une autre année. Puis, en jouant cette 42e saison, Marcel peut se targuer d’avoir joué dans six décennies différentes. «Les gars m’agacent et m’appellent la Dominique Michel du flag! Je n’avais comme pas le choix de jouer cette année pour la sixième décennie.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires