Hockey Senior: nouvelles mesures pour décourager les débordements

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Hockey Senior: nouvelles mesures pour décourager les débordements
La LHSAAAQ sera plus sévère cette année pour les amendes et les suspensions (Photo : Archives)

La LHSAAAQ augmente le prix des amendes

HOCKEY. Rarement une saison morte au hockey senior aura fait autant couler l’encre que celle-ci avec la saga entre la Ville de La Tuque et les Loups pour une clause au contrat pour éviter la violence.

Avant que ce débat soit rapporté par les médias, il faut savoir que la Ligue de hockey senior AAA du Québec (LHSAAAQ) avait déjà pris certaines dispositions pour faire diminuer les possibles débordements.

«Le début du travail de la ligue a commencé lors de l’assemblée générale annuelle en mai dernier, commente le nouveau président de la LHSAAAQ, Dominic Lussier. On a fait le message aux différents gouverneurs des équipes que les amendes de la ligue n’étaient pas assez sévères. C’était ridicule comme amende. Ça donnait trop de liberté aux équipes de pouvoir donner un «show» pour avoir encore plus de monde au match suivant. Les équipes devront dorénavant payer une amende beaucoup plus salée s’il y a une bagarre générale entre deux équipes. Aussi, dès qu’il y aura une bagarre générale, la scène sera revue automatiquement par le bureau de discipline, si on voit qu’il y a des offenses, l’amende sera augmentée et les suspensions aussi même s’il ne s’agit pas d’un récidiviste. On s’est donné une latitude à la ligue de pouvoir sévir plus sévèrement.»

Sans vouloir dévoiler les montants, le président Lussier précise qu’il en coûtera trois fois plus cher à une équipe qui participe à une bagarre générale. «Même si les deux bancs se vident et qu’il n’y a pas de bagarre, les équipes seront punies puisque ça peut aussi provoquer des débordements hors de la glace. C’est certain qu’une ligue, une équipe ou une ville ne peut pas enrayer des débordements. C’est difficile d’empêcher une personne de faire un geste, par contre on veut envoyer le message qu’on veut éviter des gestes déplacés. Il faut toutefois répondre de la bonne façon avec les conséquences que le geste a posé.»

«On veut offrir du bon hockey robuste. Nous savons que nous avons un bon produit. On devait prendre des mesures supplémentaires en sachant que l’image de la ligue senior n’est pas la plus reluisante», ajoute le président.

Bien entendu, M. Lussier a suivi le dossier de la Ville de La Tuque avec la clause 3.7 qui stipule que les Loups s’engagent «à prendre toutes les dispositions nécessaires pour éviter tout geste de violence sous toutes ses formes ou leur promotion».

«On avait déjà un point lors de l’AGA concernant cette demande de Ville de La Tuque qui était très légitime, convient M. Lussier. À partir de cette saison, et avant chaque rencontre partout dans la ligue, un message sera diffusé demandant aux partisans de garder une bonne conduite, de respecter l’adversaire, etc. C’est pour prendre les devants en lien avec le cas de Jonathan Diaby à Saint-Jérôme l’an passé dans la LNAH où il a été victime de racisme. Ça fait en sorte que la LHAH n’est plus la bienvenue à Saint-Jérôme. Le jour où les villes diront que le hockey n’est plus le bienvenu, il n’y en aura plus de ligue. Ce n’est pas parce qu’un spectateur paye son billet d’entrée qu’il peut faire ce qu’il veut.»

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des