En piste vers le championnat national en endurocross

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
En piste vers le championnat national en endurocross
Jean-François Gauvin. (Photo : courtoisie 100 limites)

SPORT MOTORISÉ. Après six des sept manches du Championnat national cross-country en endurocross organisé par la Fédération des motocyclistes du Québec (FMSQ), le Latuquois Jean-François Gauvin domine dans la catégorie des vétérans experts 40 ans et plus. La sixième manche se déroulait ce week-end en Beauce et le #32 a obtenu une 1ère position afin de décrocher le titre avant la dernière course de la saison.

Le Latuquois a pris la décision cette année de retourner sur le circuit de la FMSQ en moto, une première depuis 25 ans. Le coureur de 42 ans a participé pendant de nombreuses années au circuit provincial en VTT, en plus d’avoir performé à quelques reprises lors des défunts 12 heures d’endurance de La Tuque.

« Avec l’âge, c’est plus dur sur le corps en 4-roues, alors je suis revenu au motocross. Ce sont des courses de deux heures avec des conditions assez difficiles dans le bois, avec la chaleur et sur des terrains difficiles », explique Jean-François.

Pourquoi revenir en motocross pour prendre part à une série nationale? « J’ai tout le temps baigné dans les courses, et c’est une belle ambiance. J’ai recommencé la moto l’an passé, et j’ai vu que je roulais bien encore. Puis cette année, j’arrive à la première course et je la gagne. Tu te dis que tu continues et tu as tes chances. Ça va super bien, je m’entraîne beaucoup. Tu n’as rien pour rien dans ce genre de championnat. Je passe beaucoup d’heures sur ma moto. Je me sens dans une bonne forme physique. »

Lors d’un départ sur un circuit, il peut y avoir jusqu’à 500 coureurs sur la ligne de départ, toutes catégories confondues. Dans la catégorie des vétérans de 40 ans et plus, on retrouve de 30 à 40 participants par course. Pour les personnes familières avec les 12 heures d’endurance de La Tuque, le format s’apparente à ce qu’on retrouvait en endurocross à l’époque. Une victoire se détermine par le plus grand nombre de tours avec le meilleur temps total en deux heures.

Lors des cinq premières courses de la saison à Mont-Laurier, Victoriaville, Mansonville, St-Michel-des-Saints et St-Véronique, Gauvin a obtenu trois victoires et deux deuxièmes positions pour se forger une avance de 12 points devant son plus proche poursuivant, Jonathan Bilodeau. Il pouvait décrocher le titre de la saison ce dimanche en Beauce avec un top 3.

«Je suis tombé dès le premier tour. J’ai été capable de remonter le peloton en ne pensant pas pouvoir rattraper le premier. Finalement, j’ai été capable de terminer au premier rang avec seulement trois secondes d’avance. Je suis très content d’avoir décrocher le championnat, surtout de la façon dont s’est terminé cette dernière course», commente Jean-François Gauvin.

La dernière course de la saison aura lieu en Ontario près d’Ottawa. 

« J’aimerais souligner l’apport de mes commanditaires tout au long de la saison, sans eux ça aurait été difficile de faire de bonnes performances que j’ai eues. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires