Les travailleurs de Produits forestiers Mauricie permettent un don de 10 000$ à 4 organismes

Les travailleurs de Produits forestiers Mauricie permettent un don de 10 000$ à 4 organismes

On voit Carolane Tremblay, représentante en prévention chez Produits forestiers Mauricie, Caroline Bérubé, présidente de la Fondation pour la santé du Haut-Saint-Maurice, Martine Caron, directrice du groupe d’entraide Facile d’accès, Sarah Beaumont-Gaudet, coordonnatrice des Travailleurs de rue de La Tuque, Claude Philibert, président des Jardins communautaires Corbeilles d’art ainsi que Marco Rouillard, directeur des opérations chez Produits forestiers Mauricie.

Crédit photo : Michel Scarpino

SANTÉ.  L’usine de Produits forestiers Mauricie de Rivière aux-Rats vient de connaître une période de 500 000 heures sans accidents. Cela permet l’injection de 10 000$ dans des organismes de la communauté latuquoise, tel que le prévoit le programme de reconnaissance en santé et sécurité de l’entreprise.

«Dès que les travailleurs atteignent un jalon, par tranche de 250 000 heures, on remet des montants à des organismes sans but lucratif de la communauté», explique Marco Rouillard, directeur de l’usine de Produits forestiers Mauricie (PFM).

Lorsque 250 000 heures sans accident sont atteintes, un montant de 5 000$ est remis. Cet objectif a été atteint à plusieurs reprises dans l’histoire de l’usine de Rivière-aux-Rats, mais c’était la première fois qu’on se rendait à 500 000 heures sans événement compensable.

Le montant de 10 000 $ a été divisé comme suit : la Fondation pour la santé du Haut-Saint-Maurice (4 000$), les Travailleurs de rue de La Tuque (3 000$), le groupe d’entraide Facile d’accès (2 000$) et les Jardins communautaires Haut-Saint-Maurice (1 000 $).

«C’est PFM, oui et non. Les 500 000 heures, ce sont les travailleurs qui les ont faites, nuance M. Rouillard. Il y a un comité de santé et sécurité paritaire et dans le cadre de ce comité, les travailleurs peuvent contribuer à choisir les organismes qui vont bénéficier de ces montants».

Parmi les critères, les organismes bénéficiaires doivent œuvrer dans le domaine de la santé, le bien-être de l’individu, la prévention des accidents et des problèmes de santé.

Cette année, Produits forestiers Mauricie a publié un appel d’offres dans L’Écho de La Tuque pour choisir les organismes bénéficiaires. 14 organismes locaux ont soumis leur candidature.

«Cette contribution, qui donne de la visibilité à l’usine, doit d’abord vous en donner, à vous. Ce sont les 500 000 heures des travailleurs», a  lancé M. Rouillard aux employés, réunis pour l’annonce.

«Les Jardins communautaires offrent aux familles la possibilité de faire de la culture dans un jardin à coût minime (…) On a 40 terrains de 20×20, qu’on met à la disposition des gens. Un jardin demande une bonne activité physique, une bonne préparation et les gens doivent l’entretenir», indique le président des Jardins communautaires Corbeilles d’art, Claude Philibert.

«Je suis très heureuse de recevoir ce montant d’argent, parce que ça ne se vend pas, la santé mentale (…) On a déjà 80 personnes qui viennent à notre maison, on peut avoir entre 25 et 30 personnes par jour pour briser leur isolement», résume Martine Caron, du groupe d’entraide Facile d’accès.

«Notre objectif est d’aider les gens qui sont en situation d’itinérance ou à risque de le devenir (…) Les travailleurs de rue rencontrent des gens qui ont une santé mentale fragile et qui vivent des choses difficiles», explique pour sa part Sarah Beaumont-Gaudet, des travailleurs de rue.

«La Fondation englobe la santé mentale, la santé en général. On remet 10 000 $ dans la communauté, on est environ 10 000 personnes ici, c’est comme si vous aviez remis 1 $ par personne (…) L’argent, on essaie d’en trouver pour pouvoir aider le plus de gens possible, mais avec votre politique de reconnaissance, vous avez permis d’aider chacune des personnes dans le Haut-St-Maurice», a imagé Caroline Bérubé, présidente de la Fondation pour la santé du Haut-St-Maurice.

Poster un Commentaire

avatar