Un journal étudiant créé à Wemotaci

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt

Pour une deuxième année consécutive, les élèves de deuxième cycle de l’école secondaire Nikanik de Wemotaci ont mis sur pied un journal étudiant intitulé L’informateur.

Ce projet a été mis de l’avant par l’enseignant en français de l’école secondaire, David Lefebvre. «Les élèves ont écrit des articles sur de nouveaux projets mis en branle dans la communauté et d’autres sujets comme la valorisation des études. Les élèves ont mis beaucoup d’efforts à composer leur questionnaire d’entrevue et à rédiger leur article. Nous avons innové en ajoutant des espaces publicitaires, des photocopies et une centaine de photocopies du journal sont envoyées directement au sein des foyers Atikamekw. L’argent recueilli auprès des commanditaires servira à financer le voyage de fin d’année scolaire. Avec la réforme scolaire, il est intéressant de mettre les jeunes en action et ce défi est pleinement rempli à travers la création du journal.»

Dans la deuxième édition de L’informateur, on retrouve des sujets comme la création prochaine d’une imprimerie à Wemotaci, les problèmes de consommation d’alcool et de drogues, une nouvelle formation préparatoire au travail pour préparer les jeunes au marché du travail, la vie à la maison des jeunes, une présentation de la réforme scolaire, la vision des aînés envers les jeunes, les métiers d’infirmière et de policière. «Le projet a bien fonctionné dans la communauté, poursuit l’enseignant David Lefebvre. Mais le plus difficile, ça été de coordonner les entrevues dans le cadre des cours de français.»

L’enseignant soutient toutefois que les élèves ont appris beaucoup par ce projet. Les élèves ont vécu une expérience en journalisme, ils ont échangé avec d’autres personnes, ils ont vaincu leur timidité en interviewant une personne ayant un poste important.

«Je suis tombé en amour avec la place»

David Lefebvre enseigne à Wemotaci depuis quatre ans. «J’ai vu l’offre d’emploi. J’ai postulé et je l’ai obtenu. Au départ, j’y allais un an à la fois. Je n’avais pas prévu demeurer quatre ans à Wemotaci, mais je suis tombé en amour avec la place!»

M. Lefebvre a même créé une nouvelle activité à Wemotaci : le paintball. Il a lancé une compagnie nommée Wemopaintball. «Je me suis créé des liens avec le temps, poursuit-il. J’aime beaucoup l’ambiance que nous avons à l’école avec des petits groupes. Les élèves sont très gentils et selon moi, l’école Nikanik en est une des plus belles au Québec! Ce n’est pas du tout comparable à l’enseignement donné en ville. Comme je suis natif de l’Abitibi, ce sont des milieux qui se comparent. C’est plaisant d’être dans un petit milieu comme Wemotaci; deux minutes et je suis déjà rendu au travail!»

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des