«Un de mes plus beaux sacrifices!» – Mélanie Napartuk

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt

Si vous êtes déjà allé voir une partie de la Ligue d’improvisation latuquoise, vous connaissez sans doute Mélanie Napartuk, une Inuk résidant à La Tuque depuis son enfance. La Latuquoise d’adoption a été choisie pour être co-animatrice d’une nouvelle émission jeunesse, Chic Choc! qui s’amorcera le 5 novembre prochain sur les ondes d’APTN (Aboriginal Peoples Television Network).

APTN est un diffuseur qui se concentre sur les peuples autochtones. Ce poste est disponible seulement via un satellite. La série Chic choc! quant à elle, s’adresse principalement aux jeunes des Premières Nations de 12 à 17 ans. L’objectif du projet est de cultiver l’estime de soi des jeunes.

La série débutera le 5 novembre prochain, dès 19 h, et les treize émissions seront animées par Mélanie Napartuk et Christian Laveau, un Huron-Wendat. «Au début, j’ai reçu un courriel de trois lignes environ disant qu’une animatrice autochtone était recherchée, mais je n’y ai pas fait attention plus que ça. Je pensais que c’était un courriel frauduleux. Puis, ma patronne m’a conseillé d’appeler au numéro mentionné, et après avoir pris les informations, je me suis lancée dans le processus de sélection. Le tournage s’est effectué à la fin mai pour se terminer en juillet. Je n’ai pas vu une émission encore. Ça sera seulement pour le début d’octobre. Je suis encore toute énervée!», exprime La jeune Inuk travaillant au Centre d’amitié autochtone.

Chaque émission détient un thème, comme l’amour ou la justice, et elles sont divisés en trois blocs : témoignage, défi et éducation. «Nous nous rendons dans les communautés autochtones, on réalise des entrevues avec des jeunes et on lance des défis comme construire un canot en écorce. Nous avons visité au-delà d’une dizaine de communautés : en Abitibi, à la Côte-Nord, dans le Haut-St-Maurice.»

Mélanie a toutefois dû consolider son travail au Centre d’amitié autochtone la semaine et les tournages pendant les fins de semaine. Qu’est-ce qui l’a poussé à se lancer dans cette aventure? «J’ai toujours été attiré vers les arts et la culture, et il s’agissait d’une opportunité pour moi. En plus, je travaille avec les Autochtones et c’est une émission sur les Autochtones, donc c’est certain que c’était intéressant. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit une aussi grosse production. Je n’avais jamais vécu l’ambiance d’un plateau de tournage. Comme c’était une grosse équipe, je suis demeurée surprise. J’avais beaucoup de fun avec l’équipe. C’était important puisque les tournages étaient intensifs. Le plus difficile, ça été de travailler la semaine et de faire les tournages lors des fins de semaine, mais c’est un des plus beaux sacrifices de ma vie!»

Parmi les rencontres que Mélanie a réalisées, une restera gravée dans sa mémoire. «C’est lorsque j’ai rencontré la chanteuse de Taima, Élisapie Isaac. Comme c’est une Inuk comme moi, c’est une de mes idoles. Il n’y a pas eu de moment négatif, je me faisais chouchouter tout le temps.»

Les portes s’ouvrent pour la Latuquoise d’adoption puisqu’il existe des possibilités pour un Chic choc! 2 ainsi que d’autres projets.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires