Patrick Morin quitterait les Vikings de Champagnat

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette

L’entraîneur des Vikings de l’École secondaire Champagnat, Patrick Morin, quitterait l’organisation de football à la fin de la présente campagne. Il visait le top-2 au classement cette année avec sa formation et l’équipe n’a remporté qu’une seule rencontre face à 5 revers.

L’École secondaire Champagnat, de Ville La Tuque, a donc pris le 4e rang au classement. Coach Morin a bien voulu confirmer la rumeur: «En effet, je quitte après la saison. Premièrement, avec le nombre insuffisant de joueurs depuis les dernières années, la profondeur de l’équipe s’amenuise et les risques de blessures augmentent pour ceux qui jouent beaucoup.»

«Je trouve que les jeunes d’aujourd’hui n’ont plus vraiment le désir de se dépasser, physiquement et mentalement. C’est mon opinion et ça me désole. Je ne généralise pas pour tous évidemment, mais pour une bonne partie des joueurs. Peut-être qu’avec le nombre restreint de joueurs, donc de talent et de caractère, ça ressort plus. Qui sait?»

Il ajoute: «La réalité rattrape le programme en ce qui a trait à l’encadrement du personnel d’entraîneur. C’est difficile ici de trouver des adjoints dû aux horaires de travail et au nombre de jeunes qui finissent et s’en vont. C’est ce qui nuit à la relève. Il y a aussi le fait ne pas avoir un membre de l’organisation au sein du personnel de l’école qui pourrait faire le suivit facilement de l’organisation envers l’école et la ligue et vice versa, ce qui se fait dans plusieurs écoles à travers la région et la province. Ce dernier point est d’ailleurs primordial non seulement pour assurer un programme de qualité année après année, mais aussi sa survie.»

Une autre raison importante a été invoquée par l’entraîneur Morin: «Je serai père d’ici quelques semaines alors mon horaire du temps pour les prochaines années sera chamboulé. Le temps où je quittais l’emploi plus tôt, à mes frais pour aller coacher, ne pourrait plus s’appliquer dorénavant. Le travail sera ma priorité. Je devrai penser à mon enfant avant mes passions.»

Il termine en disant: «Je ne dis pas cependant que je ne pourrai pas donner un coup de main à temps perdu au prochain entraîneur. Pour ce qui est du rôle d’entraineur chef, ce serait trop de temps et de responsabilités pour moi éventuellement.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires