«On lui enverra une bague en plastique» – Martin Mondou

Par superadmin
«On lui enverra une bague en plastique» – Martin Mondou
Martin Mondou promet d’offrir une bague en plastique à Jacques Blouin si les Cataractes accèdent aux grands honneurs.

Les relations entre Jacques Blouin et Martin Mondou sont tendus plus que jamais. Après que les noms discutés entre les deux équipes lors de la dernière période des transactions aient coulé dans les médias, un autre feu a éclaté vendredi. Le quotidien le droit publiait un article où Jacques Blouin félicitait son ancienne équipe de recrutement pour le succès actuel des Cataractes. Questionné à ce sujet, Martin Mondou ne s’est pas gêné pour exprimer sa façon de penser.

D’abord directeur du recrutement puis directeur général de l’équipe entre 2002 et 2007, Blouin a raconté sa version des faits sur les circonstances entourant son départ de Shawinigan. «Il (Martin Mondou) voulait s’impliquer dans les décisions de l’équipe. Je n’avais pas de problème avec ça, mais à un moment donné, il a fait un échange avec un autre directeur général sans m’en parler. L’échange n’a jamais eu lieu, mais quand le patron veut faire ton job, tu lui laisses la place. J’ai quitté sur le champ, mais ça arrivait à un bon moment. Mon congé sans solde à Hockey Québec prenait fin et je ne pouvais pas combiner ce travail avec celui de directeur général.», déclarait-il au quotidien de la région de l’Outaouais.

Blouin s’est dit particulièrement fier d’avoir repéré Cédric Lalonde-McNicoll et Philippe Paradis ainsi que d’avoir offert un contrat à Simon Lacroix et Nicholas Petersen qui était agents libres à l’époque. «Jacques nous prouve encore aujourd’hui qu’il a un très bon égo. Il aime se lancer des fleurs. Petersen et Lacroix sont des trouvailles d’Éric Veilleux qui revenait de Hawksburry. Blouin n’a fait que quelques téléphones pour aider Éric à finaliser le tout. Je n’enlève rien à ses talents de recruteurs, il a fait du très bon travail; mais il a connu ces deux joueurs grâce à Éric Veilleux», corrigeait Martin Mondou.

Même si Blouin et son équipe ont recruté 13 joueurs de l’édition actuelle des Cataractes, Martin Mondou persiste à dire que le succès de son équipe ne revient pas tout à fait à l’ex-DG. «Je ne suis pas d’accord lorsqu’il dit que le crédit lui revient. Je ne veux pas me lancer des fleurs comme il le fait, mais mon équipe a travaillé très fort au cours des deux dernières années. En deux ans, il s’en passe des choses. Je me souviens lorsque Jacques a quitté l’organisation, Dave Labrecque était toujours dans son salon», se souvient-il.

Repêché par Jacques Blouin, le #56 avait alors refusé de se présenter à Shawinigan. L’actuel DG des Cataractes est toutefois parvenu à le convaincre. Depuis ce temps, Labrecque contribue activement au succès de l’équipe.

En terminant, Mondou y a été d’une délicate attention envers son ex-collègue. «Si Jacques désire être remercié à ce point pour notre succès, on lui enverra une bague en plastique», a-t-il conclu.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires