Michel Bujold participe à une course de vélo des plus dures au monde

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt

Le Trans-Rockies Challenge, cela ne vous dit probablement rien, mais il s’agit d’une course de vélo de montagne des plus dures au monde qui s’est déroulée du 12 au 18 août dernier dans les rocheuses de l’Ouest canadien. Le Latuquois d’adoption, Michel Bujold, y a pris part et s’est classé en dixième position dans sa catégorie.

Michel Bujold a réalisé l’épreuve dans la catégorie Open mixte en compagnie d’une fille de Québec, Mireille Montigny. Au fil des sept étapes de la compétition se déroulant pendant sept jours, le tandem aura roulé pendant 33h32m, pour un total de 553 km et de 10 090 mètres de dénivelé.

Ce sont 290 équipes qui ont pris part à la compétition. En plus d’avoir terminé dixièmes dans la catégorie Open mixte sur les 30 formations, Michel Bujold et sa partenaire se sont classés 60e au classement général. «Je faisais équipe avec une fille très forte, raconte Michel Bujold qui travaille à l’usine Smurfit-Stone. On s’était rencontré lors d’une course au Costa Rica et je savais qu’elle voulait aller faire la compétition dans l’Ouest canadien. Le travail d’équipe est très important dans ce genre de course puisque nous devons rouler ensemble tout au cours de l’étape pour arriver ensemble aux points de contrôle. S’il y a une trop grande distance, l’équipe obtient une pénalité. Ce n’est pas évident puisque de la deuxième à la septième étape, nous sommes en plein milieu des rocheuses. La compétition s’est bien déroulée. Malgré que c’était différent de faire équipe avec une fille. C’est autant sinon parfois plus exigeant que de faire la couse seul. Ça arrive que les gars doivent traîner les filles avec une corde pour les aider. Mais nous roulons tous les deux dans la classe experte au Québec et c’est arrivé souvent que nous avons dépassé des équipes de gars.»

Malgré que la première étape ne soit pas au milieu des rocheuses, toutes les équipes ont dû grimper au-delà de 1000 mètres lors du premier kilomètre, ce qui représente presque sept fois la hauteur de la piste La Mauricienne (le pit) du Centre de ski de La Tuque.

Beaucoup d’expérience

Michel Bujold s’est établi à La Tuque depuis deux ans pour le travail, mais cela fait 15 ans qu’il réalise des courses de compétition en vélo de montagne. Il y a quelques années, il a même traversé les 5800 km du Canada en 15 jours en compagnie de trois autres adeptes, ce qui constitue un record.

Seulement en 2007, Michel Bujold détient à son actif plus de 9000 km en vélo, comprenant le Trans-Rockies Challenge. Mais qu’est-ce qui le pousse à participer à des épreuves comme celle-ci? «J’aime l’endurance, j’aime ça quand c’est difficile, mais la beauté des paysages des rocheuses y est aussi pour beaucoup. Lors de la première journée, il y avait une descente d’environ 45 minutes et la vue était hallucinante. Il s’agit aussi d’un défi personnel. Une chose est sûre, ce n’est pas une place pour les moumounes. On retrouvait des endroits que ça montait tellement, que c’était impossible de monter en vélo. Ce qui a été vraiment plaisant, c’est que nous avons eu la température de notre côté puisqu’il n’est pas tombé une seule goutte de pluie!»

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des