Glenn Hoag à la conquête des Olympiques en volleyball

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Glenn Hoag à la conquête des Olympiques en volleyball

VOLLEYBALL. En 1984, c’est lui qui participait aux Jeux, à Los Angeles. 32 ans plus tard, il dirige l’équipe masculine canadienne de volleyball intérieur vers la conquête du titre suprême : les Olympiques de Rio.

Le Latuquois Glenn Hoag en connaît un bout sur la frénésie qui peut vous animer lorsque vous prenez part à un événement sportif de haut calibre.

 

Autre texte ici

« Ça a été un bel accomplissement pour le groupe, parce que ça a été hyper difficile. On l’a fait à l’arraché mais c’est encore plus mérité, car les gars se sont battus à fond, en battant la Chine 3-2», relève l’entraîneur. C’est pour lui un gros soulagement, car le groupe comptait beaucoup de blessés en janvier et rien n’était alors assuré. «On a pu développer notre jeu, enchaine Glenn Hoag. C’est tout un groupe qui n’était jamais allé aux Jeux, c’est souvent difficile quand tu n’as pas de joueurs expérimentés, d’arriver à tout mettre ça ensemble et de se qualifier. Alors ça a été une explosion de joie pour les gars».

La dernière fois où une équipe canadienne accéder aux Jeux Olympiques en volley-ball c’était à ceux de Barcelone, en 1992. «Ça fait 10 ans qu’on travaille à rebâtir le programme de volley-ball et à le remettre sur pied. On avait des bribes de résultat mais il fallait les concrétiser. Ce n’est pas facile, il n’y a que 12 équipes qui vont aux Jeux, sur les centaines de fédérations qu’il y a en volleyball », ajoute Glenn Hoag. Un bel accomplissement, puisqu’il est difficile de se tailler une place parmi toutes les équipes qui convoitent une participation aux Jeux. «On a fini premiers du groupe 2 de la Ligue mondiale, on monte dans le groupe 1 l’année prochaine. Beaucoup de belles choses se passent cet été», relate l’entraîneur. Après la finale de la ligue mondiale de volley-ball, l’entraînement a repris avant le grand départ pour le Brésil. Glenn Hoag s’attend à de très bonnes performances de son équipe, même si les adversaires s’annoncent coriaces. «Des équipes avec un potentiel de médaille, il y en a quatre sur notre côté alors on va devoir se battre. On va être prêt. Si on a pas de blessés, si tout se passe bien, je pense qu’on va être performant», entrevoit-il.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des