La fin pour Steven Guilbeault à Équiterre

La fin pour Steven Guilbeault à Équiterre

Steven Guilbeault.

Crédit photo : (Photo L'Écho Patrick Vaillancourt)

DÉPART. Le Latuquois Steven Guilbeault avoue qu’il a pris une des décisions les plus difficiles de sa vie en annonçant son départ d’Équiterre à titre de directeur principal et porte-parole de l’organisme qu’il a cofondé il y a 25 ans.

«Depuis 25 ans, je n’ai jamais été très loin d’Équiterre et cette décision est l’une des plus difficiles que j’aie eue à prendre», a expliqué Steven Guilbeault par voie de communiqué. «Ce fut un grand privilège de travailler depuis plus de dix ans au sein de l’équipe d’employés, de bénévoles et de militants dévoués, intéressés et intéressants, parmi lesquelles se trouvent plusieurs de mes amis», a-t-il ajouté.

M. Guilbeault a déclaré également qu’il comptait s’impliquer dans l’organisme comme bénévole. Il n’a pas exclu de faire un saut en politique un jour, mais pas présentement.

Steven Guilbeault poursuivra son travail engagé sur la lutte aux changements climatiques dans le secteur de l’investissement et des technologies, notamment les technologies propres et l’intelligence artificielle. Il consacrera ainsi son temps entre l’écriture d’un livre sur le rôle de l’intelligence artificielle dans la lutte aux changements climatiques, et ses activités de conseiller stratégique chez Cycle Capital Management ─ le plus important gestionnaire de fonds en capitaux de risque dédié aux technologies propres au Canada ─ ainsi qu’au sein de la firme de services-conseil spécialisée dans les enjeux d’économie verte et d’économie sociale, Copticom.

«J’ai toujours été intéressé au rôle des nouvelles technologies dans la lutte aux changements climatiques et je veux approfondir mes recherches sur l’incidence de l’intelligence artificielle dans ce domaine. Il y a un an, le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, et le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, présentaient le besoin d’accélérer le financement en faveur de l’action climatique. Je partage l’idée que le secteur de l’investissement peut et doit jouer un rôle de premier plan face à la crise climatique et c’est pourquoi j’ai décidé d’offrir mon expertise et mes énergies aux acteurs de ce secteur», a déclaré Steven Guilbeault.

Après avoir fondé Équiterre avec Sidney Ribaux et quatre autres collègues, Steven Guilbeault y a œuvré pendant quelques années avant de se joindre à Greenpeace pendant 10 ans. En 2007, il est revenu chez Équiterre pour assumer le rôle de directeur principal et porte-parole de l’organisme.

Poster un Commentaire

avatar