Deux Latuquois lauréats du Gala de la Jeune Chambre de Drummondville

Deux Latuquois lauréats du Gala de la Jeune Chambre de Drummondville

Au centre, Yannick Letendre et Kevin Poirier, en compagnie des responsables du concours.

Crédit photo : Élodie Kergal, Le Studio K [photo+vidéo] 2018

ÉCONOMIE. Deux hommes d’affaires originaires de La Tuque, Yannick Letendre et Kevin Poirier, ont vu leurs efforts entrepreneuriaux couronnés de succès, lors du Gala annuel RBC de la Jeune Chambre de commerce de Drummondville, où ils résident maintenant. La Jeune Chambre leur a décerné le prix Élan de l’année, pour leur projet Kombu. Le gala s’adresse à la relève entrepreneuriale de la MRC de Drummond, désireuse de concrétiser un projet d’expansion, d’investissement, d’exportation ou de recherche et développement.

Les deux entrepreneurs ont lancé un premier projet il y a à peine un an et demi : ils sont les propriétaires du pub La Sainte Paix, qui emploie une douzaine de personnes au centre-ville de Drummondville. L’établissement propose des bières de microbrasseries et présente des spectacles. La Sainte Paix offre des spectacles d’artistes professionnels, d’improvisation et des spectacles d’humour. Du blues, du rock, du métal. Quand on connaît le passé d’artistes des deux propriétaires de la Sainte Paix, on ne s’en étonnera pas.

Il y a quelque temps, ils ont lancé une seconde entreprise, Kombu, qui fabrique une boisson gazéifiée à base de Kombucha à partir d’une recette deux fois millénaire. C’est précisément ce produit qui leur a fait gagner le prix «Élan de l’année».

Ils ne s’attendaient pas à recevoir le prix remis par la Jeune Chambre de commerce de Drummondville, jeudi. «Quand tu es ton propre patron, tu n’as pas de patron au-dessus de toi pour te donner une tape dans le dos, alors ça fait du bien», pense Yannick Letendre.

Il attribue le prix reçu à la polyvalence dont son confrère Kevin Poirier et lui dû faire preuve dans la présentation de leur projet. Le marketing, la concurrence, les coûts de revient, les coûts de matières premières, la rentabilité, les prévisions financières, voilà autant d’éléments à prendre en considération.

Leurs études en génie industriel ne sont pas étrangères à ce souci du détail qui a sans doute fait la différence.

Kombu

Les produits Kombu sont actuellement distribués au pub La Sainte Paix et dans un autre restaurant de la région de Drummondville. «On est actuellement en développement de marché. D’ici 4,5 mois, on devrait être un peu partout, dans le meilleur des mondes, dans les épiceries, les dépanneurs».

Depuis le 1er avril, ils ont loué une petite usine de Drummondville où ils préparent les produits Kombu.

« On est encore en recherche et développement, mais on vise quelques centaines de milliers de litres pour la première année, le jour où on recevra toutes les cuves et l’équipement». À titre de gagnants du Concours Élan de l’année, ils auront droit à un prix d’une valeur de 25 000 $ en bourses et services, un montant qui favorisera certainement encore davantage l’acquisition de nouveaux équipements. Le concours leur procurera aussi une grande visibilité.

Virage à 180°

Le jour où on passe du génie industriel dans une usine à un bar de spectacles, on réalise un virage à 180°. «Les deux, on travaillait dans des entreprises manufacturières, 40 heures semaine. Ça fait une couple de projets qu’on faisait, chacun de notre côté, qui ont fait sauver de l’argent aux entreprises. Un soir, on prenait une bière et on s’est dit : ce serait peut-être le fun de faire sauver de l’argent à notre propre entreprise», résume Yannick Letendre. Ainsi, naissait tranquillement le projet de la Sainte Paix.

Aujourd’hui, ils consacrent 100 % de leur temps à leurs deux entreprises. Les deux amis d’enfance se sont retrouvés dans la vingtaine, dans la région de Trois-Rivières, puis, par hasard à Drummondville où ils nourrissent depuis des projets d’affaires.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar