Fouler les planches à l’école Centrale

Michel Scarpino mscarpino@icimedias.ca

Fouler les planches à l’école Centrale
Des jeunes fort talentueux. (Photo : Michel Scarpino)

C’est connu, le théâtre incarne un excellent moyen d’expression pour les jeunes. Cela les aide sur la scène comme dans la vie en général. On n’a pas idée des bienfaits que ça peut leur apporter.

Le travail sur la scène est celui qui paraît, mais la préparation est aussi essentielle, apprendre les textes, maîtriser les émotions, les expressions, conjuguer avec le public qui assiste à la pièce, maîtriser le trac.

On apprend le théâtre depuis longtemps à l’école Centrale. Plusieurs se rappelleront être montés sur les planches sous la direction de -Jean-Marie Belcourt. Aujourd’hui, c’est Madeleine Gervais qui partage sa passion avec les jeunes. Elle le fait depuis huit ans.

Reprise après la pause

Après une pause d’une année, le théâtre y a repris cet automne, avec 13 comédiens de 10 et 11 ans. Sur les 13, 12 sont des nouveaux, a fait remarquer Mme -Gervais. « D’habitude, on avait un garçon, cette année, on en a quatre », note-t-elle.

Au fil des dernières semaines, depuis le mois d’octobre, ils ont appris les textes et maîtrisé la pièce de théâtre qu’ils se préparaient à présenter devant leurs pairs de l’école Centrale, de même que devant leurs parents. Ils y ont consacré 1 h 15, chaque semaine. La pièce, « il y a quelque chose qui cloche » que Mme Gervais a écrite, montre les lutins qui n’ont pas reçu les lettres destinées au Père -Noël et toute une aventure en découle.

Pour celle qui leur enseigne le théâtre, il faisait bon de reprendre les activités après une si longue pause : «Il y avait beaucoup de sérieux, il fallait le faire avec le masque, ils l’ont fait. Ils sont vraiment résilients. Ce sont de beaux humains ».

« C’est une belle expérience de vie »

Unanimement, les comédiens ont apprécié de pouvoir jouer ensemble surtout après la disette imposée par la pandémie sur les activités parascolaires.

Pour Théo Prince, si c’était plus ardu, au début, de mémoriser les textes, cette mécanique s’est facilitée au fil du temps.

« J’ai beaucoup aimé, c’est une belle expérience de vie, ça aide à se faire connaître », observe Lexie Veillette.

« -Je suis timide en général, mais le théâtre me permet de m’ouvrir, c’est vraiment le fun, c’est une belle expérience », considère, pour sa part, Léonie Pronovost.

Pour celle qui leur enseigne le théâtre, cette cohorte de jeunes comédiens a été assidue et a pris les choses avec sérieux.

Elle ne peut s’empêcher de démontrer une pointe de fierté lorsqu’elle évoque le cas d’anciens membres de sa troupe de théâtre qui ont cheminé, dans un champ artistique lié aux arts de la scène.

«Ils ne feront pas tous des comédiens, mais ça leur apporte du positif. Les professeurs disent qu’il y en a qui sont timides. Depuis qu’ils font du théâtre, ils font leurs exposés oraux et wow, il y a vraiment une différence ».

Tous souhaitent reprendre le collier en janvier, pour l’apprentissage d’une nouvelle pièce qui sera livrée à la fin de l’année scolaire.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires