Yves Greffard présidera les destinées de La Tuque Rouge

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Yves Greffard présidera les destinées de La Tuque Rouge
Le nouveau conseil d’administration de La Tuque Rouge : à l’arrière, les administrateurs Guy Trottier, Daniel Fortin et Rémy Beaudoin. À l’avant, on reconnaît la vice-présidente Lucie Fortin, le nouveau président Yves Greffard et la secrétaire-trésorière Sylvie Chamberland. (Photo : Courtoisie)

BÉNÉVOLAT. Un nouveau comité a été élu, suite à la dernière assemblée générale annuelle du club de ski de fond La Tuque Rouge. Un bénévole de longue date, Yves Greffard, en sera le nouveau président. Lucie Fortin, vice-présidente, Sylvie Chamberland, secrétaire-trésorière, Daniel Fortin, publiciste, Rémy Beaudoin et Guy Trottier, administrateurs, le seconderont.

«Ce sont de grands souliers à chausser», lance tout de suite Yves Greffard, référant à l’implication remarquée du président sortant, Richard Lavoie.

Le club compte 150 membres. Parmi eux, une trentaine sont des nouveaux. «On voit arriver des gens de 30, 40 ans», remarque M. Greffard.

Un des mandats du nouveau comité sera de continuer à faire la promotion du ski de fond auprès de la relève. En ce sens, ils tiennent à souligner les bons résultats de la «Petite expé» du grand défi Pierre Lavoie. On a vu une trentaine de jeunes fondeurs, accompagnés par leurs parents, dans les pistes du club de ski de fond. 75 équipements complets ont été fournis à ces jeunes, via un don qui avait été fait par la Fondation du Grand Défi Pierre Lavoie. «C’est un très bon travail de Doris Renaud et son équipe», qualifié le nouveau président.

Aussi, les jeunes de moins de 17 ont accès gratuitement aux sentiers du club de ski de fond et peuvent emprunter des équipements sans frais.

Nouveaux équipements

Dans les objectifs de la prochaine année, on veut continuer d’améliorer les conditions des pistes. L’entretien des sentiers du club est facilité par l’arrivée de nouveaux équipements.

On sait qu’au début de l’hiver, un petit camion Suzuki muni de chenilles avec une niveleuse a été acquis avec l’aide financière du gouvernement du Québec, pour un montant total d’environ 35 000 $. Le nouvel équipement peut tracer des pistes de ski de fond classique ou patin.

On a vécu quelques pépins avec le traceur, qu’il a fallu adapter puisqu’il était conçu pour des pistes plus petites. N’eût été du travail bénévole et de l’esprit de débrouillardise de François Fortin et Daniel Cardin, les dirigeants de La Tuque Rouge n’auraient peut-être pas pu compter aussi rapidement sur un véhicule maintenant parfaitement fonctionnel pour leurs besoins. «On a pratiquement réinventé une machine», dit Richard Lavoie.

«Grâce aux chauffeurs et à Richard Lavoie, on a réussi à avoir de belles conditions de piste tout l’hiver, pratiquement sans traceur, avec la participation du club motoneige», signale Daniel Fortin, publiciste. L’équipement est toutefois fin prêt pour la prochaine saison.

Il existe une bonne collaboration avec le Club motoneige de La Tuque, qui occupe des emplacements voisins au club de ski de fond. Le club motoneige prête main forte lorsque survient une bonne bordée de neige. Cela facilite beaucoup le traçage des pistes.

Bénévoles et skieurs de l’année

Le club de ski de fond a rendu hommage à ses bénévoles et ses skieurs au cours de son souper de clôture. Estelle Paulhus, (nouvelle membre) est skieuse de l’année, Romuald Morin, skieur de l’année alors que Rachel Gagnon, Raymonde Morin et François Fortin, sont les bénévoles de l’année.

Partager cet article

1
COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
trackback

[…] Il quitte le conseil d’administration, mais n’accrochera pas ses skis. Après 14 ans, M. Lavoie estime qu’il est temps de passer à autre chose et de laisser la place à la relève. Yves Greffard, membre assidu du club, a pris la relève avec un comité qui le secondera. […]