En mémoire d’Erwin

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
En mémoire d’Erwin
(Photo : Michel Scarpino)

Le conseil étudiant, le personnel et la direction de l’école secondaire Champagnat ont rendu un hommage à un élève décédé d’un cancer, le 26 avril 2017, à l’âge de 16 ans, Erwin Lozano-Salas.

Le jeune homme a marqué la communauté de Champagnat bien plus qu’on ne peut l’imaginer. Cela, au point où l’élève a donné son nom à l’espace lecture de la bibliothèque de l’école.

L’émouvante cérémonie a été effectuée en présence de sa famille, des membres du personnel, de la direction et d’élèves de Champagnat.

«Je veux remercier l’initiative du conseil des élèves. C’est avec émotion qu’on a accepté d’embarquer dans cette belle aventure. Pour avoir côtoyé Erwin à son arrivée à La Tuque, en tant que directrice au primaire, je trouvais que c’était un bel hommage à lui faire (…) C’est un symbole de courage, de détermination et de bonté. Il avait le cœur très, très grand», a mentionné la directrice de l’école Champagnat, Julie Bronsard.

La coupure du ruban

Ému, son père, Pedro Lozano a dit qu’aucun parent ne souhaite rendre un hommage posthume : «C’est un bel hommage que vous faites à Erwin, mais, si je vous dis la vérité, en tant que parent, je ne voudrais pas être là. Je remercie tous ceux qui y ont participé (…) Mon fils va rester toujours avec nous. Il n’est pas là physiquement, mais toutes ses actions, sa détermination, sa force, son courage, ça nous sert, chaque matin».

Puisqu’il affectionnait particulièrement les aventures d’Amos Daragon, il était tout naturel d’inviter l’auteur Bryan Perro à la cérémonie. D’ailleurs, un magnifique portrait représentant Erwin en Amos d’Aragon, peint par l’enseignante Elen Lemire, illustrera dorénavant ce coin prisé par les amateurs de lecture.

«Parfois, il y a des événements malheureux qui amènent des conclusions qui ne viennent pas combler le vide, mais qui nous disent qu’il y a une trace qui a été faite. Je ne connaissais pas Erwin, mais il semble qu’il a laissé une trace fantastique, ici, au coeur de ses amis», a fait valoir Bryan Perro, invité à prendre la parole.

Aux parents d’Erwin il lançait : «Je suis particulièrement touché que votre fils ait aimé Amos Daragon». Cela, entre autres parce qu’Amos Daragon est un produit de La Tuque. L’auteur a confié que les trois premiers tomes de la série ont été écrits au chalet du père de Bryan Perro, au lac La Tuque, un endroit où il pouvait demeurer jusqu’à quatre semaines en hiver.

Le jeune homme, atteint de cécité suite à un premier cancer combattu en jeune âge, a fait preuve d’énormément de résilience, tout au long de son parcours à La Tuque.

Après avoir approfondi le braille avec lui à son arrivée à La Tuque au primaire, l’éducatrice spécialisée Caroline Provencher l’a accompagné tout au long de son parcours jusqu’en secondaire 4, où la maladie a malheureusement refait surface.

«C’était un garçon au grand cœur qui aimait rire, il n’avait jamais un mot méchant, il avait un mot gentil pour tout le monde, il était toujours à l’écoute, proche de nous», se rappelle-t-elle.

Erwin a laissé une trace qui restera longtemps dans le cœur et dans la mémoire des élèves et du personnel de l’école secondaire Champagnat. «Une leçon d’humilité et de résilience», résumait-on.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des