CJE : une année fort active

CJE : une année fort active

L’équipe du CJE : Allyson English, responsable de la Coop d’initiation à l’entrepreneuriat collectif, Claudia Paquet, agente de migration, Eve Leclerc, agente à l’accueil, Emilie Bédard, conseillère en développement de carrière, Sharell Bolduc, intervenante, Claudia Roy, vice-présidente du conseil d’administration, Karine Pérusse, directrice générale, Jacky Pilote, intervenant, Leslie Aubin, agente entrepreneuriat et bénévolat, Sonia Champagne, coordonnatrice de Choisir La Tuque, Audrey Godin, intervenante, Véronique Fortin, conseillère en emploi et Mélina Faucher, agente de migration.

Crédit photo : Michel Scarpino

EMPLOI. Le Carrefour Emploi Haut-Saint-Maurice (CJE) a connu encore une année fort achalandée à ses locaux de la rue Saint-Antoine. L’organisme a présenté les résultats de sa dernière année, lors de son assemblée générale annuelle.

«Près de 600 personnes ont eu recours à nos services, on a eu au-delà de 2000 rencontres individuelles avec la clientèle, 150 animations dans les écoles. Le Carrefour est très présent dans la communauté, autant au niveau des services aux individus que les activités en lien avec les partenaires», explique d’entrée de jeu la directrice générale, Karine Pérusse.

Ainsi, l’accueil des clients, l’employabilité, la persévérance scolaire, l’information scolaire et professionnelle, ont compté parmi les principales activités des employés du CJE. À cela, s’ajoutent les incontournables démarches pour accueillir de nouveaux arrivants en Haute-Mauricie, avec les activités de Place aux jeunes et la stratégie locale Choisir La Tuque.

Réussites

On a rafraîchi la manière avec laquelle a été présentée l’assemblée générale annuelle. Chacun des intervenants du CJE étaient invités à proposer une histoire à succès qu’il a vécue au cours de l’année avec un client.

«On s’est dit que ce serait intéressant de faire valoir encore plus le travail qu’on fait par l’intermédiaire des réussites de nos clients. Il n’a pas été facile de faire des choix, car il y a plusieurs réussites, mais ç’a donné un beau portrait», souligne Mme Pérusse.

Le défi de la main-d’oeuvre

Comme plusieurs organismes de développement économiques et d’aide à l’emploi, le CJE aura comme défi de la main d’œuvre, qui manque à La Tuque comme un peu partout ailleurs.

Le CJE veut travailler avec les entreprises locales pour rendre les offres d’emplois encore plus attrayantes, pour des jeunes qui, parfois, hésitent à se lancer. «On a aussi le défi avec nos jeunes qui sont un peu éloignés du marché du travail de les préparer à l’intégrer, soit au niveau des aptitude professionnelle, de leur donner confiance en eux», ajoute Karine Pérusse.

Avec les trois séjours exploratoires de groupes et deux séjours individuels de Place aux jeunes, on remarque que les jeunes souhaitent revenir en région. Ainsi, cinq diplômés se sont établis sur le territoire au cours de la dernière année et 21 clients sont toujours en démarche active pour s’établir dans la région. Un autre exemple : Choisir La Tuque a accueilli 122 personnes au cours de la dernière année, 71 pochettes d’accueil ont été remises à des nouveaux arrivants, 88 rencontres individuelles et de suivi ont été effectuées et on a remis deux bourses d’établissement de 750 $.

«Notre objectif est d’aller à l’extérieur dans les salons pour promouvoir notre région. La génération d’aujourd’hui recherche la qualité de vie et c‘est ce qu’on peut offrir chez nous».

On n’a pas fini de  tenter de résoudre la pénurie de main-d’œuvre qui frappe les entreprises dans la région. «On a aussi plusieurs emplois spécialisés qui demandent à trouver preneur», fait également remarquer Mme Pérusse.

Quelques chiffres

  • 584 visiteurs, soit un achalandage moyen de 48 visiteurs par mois, ont été accueillis au centre de documentation et libre-service.
  • 220 offres d’emploi ont été publiées.
  • 361 clients ont été accompagnés dans leurs démarches de recherche d’emploi.
  • 33 jeunes participent à des projets de persévérance scolaire.
  • 109 clients ont été accompagnés en information scolaire et professionnelle.
  • 17 jeunes adultes ont participé au projet de réinsertion socioprofessionnelle «Départ @9» pour les diriger vers l’emploi ou un retour aux études.
  • 8 clients ont été accompagnés dans les démarches de des démarrages d’entreprise.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar