Budget de 52 000 $ pour la SDC

Budget de 52 000 $ pour la SDC

L'exécutif de la SDC: Sylvain Girard

La Société de développement commercial (SDC) de La Tuque a adopté un budget similaire à celui de l’an dernier.

Ainsi, au cours de l’exercice financier 2017, on prévoit que les cotisations des membres atteindront 52 000 $. Si on soustrait 4 500 $ de mauvaises créances, on affectera des dépenses de 47 500 $ aux activités régulières de la SDC.

Parmi les faits saillants, la SDC consacrera 2500 $ aux activités automnales, telles le Festival de chasse et la promotion. 4500 $ seront consacrés aux activités hivernales, dont la fête de Noël fort populaire sur la rue St-Antoine. Aussi, le Salon des commerçants et des promotions recevra de la part de la SDC une enveloppe de 1500 $.

Moins d’argent aux Jeudis Centre-Ville

On s’en souvient, le budget 2016 avait été axé sur la croissance des Jeudis Centre-Ville. 10 000 $ y avaient été directement consacrés, en plus  de la création d’un poste budgétaire «Festival d’été 2016» où 11 000 $ allaient faire la promotion des Jeudis Centre-Ville, de la vente trottoir et des activités estivales qui se déroulent dans le quadrilatère desservi par la SDC. Cette année, un montant total de 16 000 $ sera consacré aux Jeudis Centre-Ville et à la vente trottoir.

«C’est moins d’argent», convient la présidente de la SDC, qui reconnaît toutefois l’importance des activités estivales pour le commerce local. Si l’organisme qu’elle préside va injecter moins de fonds dans les Jeudis Centre-Ville, on pense peut-être apporter de l’aide d’une autre manière, «peut-être au niveau des ressources».

Projet web

Un montant de 9000 $ a été budgété dans un projet web mis de l’avant l’année dernière par la SDC, sur lequel on travaille actuellement.  Sans donner tous les détails, la présidente de la Société de développement commercial, Marie-Josée Mainville, a expliqué qu’il pourrait en résulter un site web donnant une présence accrue aux marchands locaux, dans un contexte où la compétition est féroce sur la toile.

Selon elle, on veut leur donner le moyen de faire davantage d’affaires via le web. La présidente ne cache pas son souhait que les touristes qui font affaires avec des commerçants de La Tuque puissent conserver un lien avec eux via la toile.

On aura plus de détails au cours des prochains mois, quand le projet sera peaufiné.