La Bostonnais termine 2017 avec un déficit

La Bostonnais termine 2017 avec un déficit

Michel Sylvain.

Crédit photo : Michel Scarpino

FINANCES.  La question des couts liés au déneigement aura fait mal aux finances de la municipalité de La Bostonnais. Le maire, Michel Sylvain, l’a fait remarquer lorsqu’il a livré son discours sur la situation financière de la municipalité, pendant la dernière assemblée publique du conseil municipal.

Ainsi, on apprend que la municipalité a terminé 2017 avec un déficit de fonctionnement de 44 061 $. Un excédent des dépenses sur les revenus attribué, entre autres, à une hausse démesurée et non prévisible des coûts en matière de déneigement et de déglaçage pour la municipalité.

Il faut savoir qu’à l’origine, La Bostonnais avait prévu de 59 700 $ pour son contrat de déneigement. La soumission reçue par la municipalité se chiffrait à 136 000 $. Trouvant inacceptable d’absorber un tel montant, le conseil municipal avait revu sa façon de faire au niveau du déneigement. «On trouvait ça anormal. On partait de 56 000$ à 136 000$. Avec les réductions qu’on a faites, ça s’est terminé à 90 000$».

Ainsi, la municipalité a pris sous son aile le déneigement des deux ponts ouverts, le sablage, des ponceaux. Elle loue un tracteur avec une option d’achat pour faire le travail.

La municipalité s’en est tirée avec une facture de 77 215 $, de cette manière, incluant aussi le salaire de l’employé affecté au déneigement.

«On est confiant. Notre appel d’offres pour cinq ans sera ouvert lundi (18 juin) (…) La Tuque a fait beaucoup de travail pour faire baisser les coûts. Maintenant, c’est aux entrepreneurs à répondre», lance le maire Sylvain. La Bostonnais pourrait difficilement couper davantage dans les travaux qu’elle confiera à l’entrepreneur choisi.

Quant à lui, le surplus non affecté passe donc de 235 000$ à 191 000$ pour l’année en cours.

Le maire a rappelé qu’en janvier 2017, La Bostonnais avait adopté un budget de fonctionnement de 821 852 $.

«La municipalité vit une diminution constante du versement gouvernemental annuel de la péréquation. En 2017, la diminution a été établi à 12 400 $, une réduction de 42 % par rapport à 2016. En 2018, la réduction et de 13 %, soit 2130 $», déplore M. Sylvain.

Le maire, Michel Sylvain, voit toutefois une lueur d’espoir : des montants de subventions versées dans le cadre de certains programmes en lien avec la voirie municipale ont été bonifiés par le gouvernement pour les années 2018-2021.M. Sylvain a fait savoir que pendant l’année budgétaire 2017, la majeure partie des dépenses en voirie a été effectué avec des programmes gouvernementaux.

Quant aux salaires des élus, ils n’ont pas augmenté autrement qu’au taux de 1,6%.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar