Une première en 90 ans : un Latuquois devient commandant de district de la Légion

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Une première en 90 ans : un Latuquois devient commandant de district de la Légion
Christian Lord, commandant sortant et vice-président provincial de la Légion royale canadienne, assermente Claude Lavoie. (Photo : Courtoisie)

HOMMAGE. La filiale 31 de la Légion royale canadienne a écrit une page importante de son histoire, la fin de semaine dernière, alors que pour la première fois en 90 ans, un Latuquois accédait à la fonction de commandant de district.

Militaire bien connu, Claude Lavoie est président de la filiale de La Tuque de la Légion. En novembre 2017, il était élu au poste de vice-président et par la suite, en janvier 2019, en tant que président de la filiale.

Il y a 19 ans que Claude Lavoie s’implique au sein de la Légion royale canadienne, mais il le fait plus activement depuis sa retraite des Forces armées canadiennes, en 2015.

Quand il a accédé à la présidence de la Légion, il se donne comme mandat de la revigorer.

Sous sa présidence, le nombre de membres est passé de 18 à 67.

Son passage à la présidence de la filiale 31 de la Légion étant terminé, des élections lui désigneront bientôt un successeur.

Le commandant de district est en charge des cinq filiales de la Mauricie, Trois-Rivières, Cap-de-la-Madeleine, Shawinigan, Grand-Mère et La Tuque. Il fait le pont entre elles et les niveaux supérieurs d’autorité provinciales et canadiennes de la Légion royale canadienne. On évalue que plus de 500 personnes sont membres de l’une ou l’autre de ces filiales.

Acceptant avec modestie ses nouvelles fonctions, il les doit aux nombreuses heures d’implication qu’il a données à la Légion royale canadienne, ces dernières années. Sa candidature a été proposée par des gens de Cap-de-la-Madeleine et de Shawinigan. Ses anciens collègues militaires, membres de la légion, ont ainsi salué son implication.

Celui qui fait aussi partie des Chevaliers de Colomb affirme que son implication, comme celle de plusieurs autres membres, a d’abord pour but de venir en aide à la population.

«Le premier qui m’a acheté la carte de la Légion, c’est mon père», lance Claude Lavoie, dont le père, Jacques, a aussi été président de la filiale 31, dans les années 70.

Un parcours impressionnant

Claude Lavoie a œuvré au sein des Forces armées canadiennes pendant 33 ans.  Cet adjudant-maître au sein des Forces armées canadiennes est aussi un communicateur-né.

C’est en 1983 que Claude Lavoie débute comme opérateur radio aux Forces armées. Après sa formation de base et de métier, il est muté aux 5e Ambulances de campagne à la base de Valcartier.

En 1987, il part pour l’Allemagne, avant de revenir à Valcartier en 1991. Il sera muté au Quartier général de l’Escadron des Transmissions.

Dès 1992, il aura l’occasion de participer à deux missions, l’une sous l’égide des Nations Unies (1993) et l’autre chapeautée par L’Otan (1996).

Claude Lavoie aura également participé à la mission Minurca en République centrafricaine, pendant un autre séjour au Quartier général de l’Escadron des Transmissions, entre 1998 et 2000.

En 2000, il devient aviseur à la Réserve au 714e Escadron des communications de Sherbrooke.

De 2006 à 2009, il participe à d’une mission de mentorat en Afghanistan. En 2010, il devient opérateur chef de la 5e brigade et est muté à l’école de leadership et des recrues à titre de sergent major de division, après quoi il reviendra à Valcartier en 2012 a titre de chargé de projets.

Après une courte apparition à l’École des communications de Kingston, en Ontario, comme aviseur, en 2014, il sera de retour à Valcartier en 2015 tout juste avant sa retraite.

En 2013, M. Lavoie recevait l’Ordre du mérite militaire pour son dévouement et son assiduité, au Rideau Hall à Ottawa, une distinction remise aux membres des Forces armées canadiennes pour le devoir de militaire, mais aussi au-delà de ce que leur devoir leur commandait.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des