Une exposition interactive sur la pêche à la gare de La Tuque

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Une exposition interactive sur la pêche à la gare de La Tuque
Dans l’ordre habituel, on reconnaît Caroline Bérubé, mairesse suppléante de Ville de La Tuque, Kathy Tremblay, Marie-Josée Tousignant et Valérie Fortin de Tourisme Haute-Mauricie, Nicolas Bernard vice-président de l’Association des pourvoiries de la Mauricie et David Boivin du Conseil de la nation atikamekw. (Photo : Michel Scarpino)

PÊCHE.  Le bureau d’information touristique de la gare La Tuque accueillera, cet été, une toute nouvelle exposition touristique interactive.

Intitulée «Histoire de pêche d’hier à aujourd’hui», l’exposition est offerte par l’équipe municipale de tourisme Haute-Mauricie et l’Association des pourvoiries de la Mauricie.

On pourra y voir une exposition physique avec artefacts, des objets de collection et des panneaux d’interprétation. Un volet expérientiel par des jeux pour les petits et les grands sera également présenté. Puis, il y aura une partie virtuelle accessible par l’entremise des tablettes électroniques. Des capsules vidéo présentant des gens qui travaillent dans l’industrie touristique de la pêche racontent l’histoire des pourvoiries de la région, mais surtout, transmettent la passion des gens qui y œuvrent et celle de ceux qui ont bâti ces institutions.

Ville de La Tuque et Tourisme Haute-Mauricie ne manquent pas de rappeler que la région, qui couvre un territoire de 40 000 km2, est abreuvée par 30 000 lacs et d’innombrables rivières. La pêche occupe donc une place dominante.

L’exposition sera présentée gratuitement et à partir du 16 juin le bureau d’information touristique de La Tuque sera ouvert tous les jours pour l’été. À partir de septembre et pendant l’hiver, l’exposition sera accessible du lundi au vendredi.

D’ailleurs, l’exposition en ligne a été réalisée grâce au programme d’investissement «Histoire de chez nous» du Musée virtuel du Canada.

On indiquait que d’autres nouveautés en lien avec ce projet seraient connues à l’automne.

« La richesse des histoires qui nous ont été racontées dans le cadre de ce projet, ainsi que les trouvailles que nous avons faites en raison de nos recherches étaient beaucoup trop grandes pour qu’on se limite à une version web. C’est en faisant ce constat que nous avons eu l’idée de créer une exposition bien réelle et complète dans la gare. Comme notre bureau d’information touristique est situé à cet endroit, cela permet aux visiteurs et aux gens d’ici de découvrir une facette très intéressante de notre histoire, tout en découvrant la richesse de notre territoire. Cette exposition a comme sujet principal la pêche, mais elle représente beaucoup plus. C’est aussi une façon de rendre hommage aux pionniers qui ont contribué au développement de la Mauricie. Que ce soit par le savoir-faire et les valeurs transmises par les Premières Nations, le développement de la région par les bateaux à vapeur sur la rivière Saint-Maurice, la construction de la voie ferrée, la construction des barrages hydroélectriques, on y retrouve beaucoup d’histoires de familles de génération en génération», disait Valerie Fortin, directrice tourisme-pourvoiries, à Ville de La Tuque.

Pour les Latuquois, c’est une belle occasion de redécouvrir la région ou de la présenter aux membres de leurs familles et leurs amis. Pour les voyageurs qui utilisent le train ou l’autobus, il s’agit d’un excellent divertissement pour occuper leur temps d’attente. Plusieurs partenaires y ont contribué, dont le Conseil de la Nation Atikamekw, plusieurs pourvoiries de la Mauricie, la Société Historique de La Tuque et du Haut-Saint-Maurice. L’exposition virtuelle est disponible en français et en anglais.

Cette exposition devient complémentaire à l’offre de Ville de La Tuque dans ses trois pôles touristiques : le Parc des chutes, le bureau d’information touristique de la gare et le centre Sakihikan, au lac Saint-Louis. À cela, s’ajoutent le centre de valorisation de Lac-Édouard et le parc Ducharme de La Bostonnais qui parlent également de l’histoire régionale.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des