Téléphonie cellulaire : cap sur 2021

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Téléphonie cellulaire : cap sur 2021
On voit le ministre François-Philippe Champagne, Eric L’Heureux, président d’Ambra et Pierre-David Tremblay, maire de La Tuque. (Photo : Michel Scarpino)

La firme Ambra Solutions garde le cap sur 2021, pour la mise en service des tours permettant un meilleur accès au signal cellulaire dans les communautés de la région. Le ministre François-Philippe Champagne et les dirigeants de solutions Ambra ont fait le point sur le dossier.

Plus de 550 pour kilomètres de fibre optique auront été aménagées vers La Tuque, Parent et Chambord à la fin du projet. On sait que la facture sera épongée par une enveloppe de 26M$, partagée à moitié entre le fédéral et le provincial.

«C’est un projet colossal. Si c’était facile, ça ferait longtemps qu’on aurait le cellulaire dans la région», lance Éric L’Heureux. Il ne cache pas que son entreprise, Solutions Ambra, a pour mandat d’amener le cellulaire dans des régions éloignées du Canada.

«Le premier message que je veux lancer, c’est que le projet avance. Il avance bien. Il faut comprendre qu’un projet comme celui-là a certaines complexités, mais avec M. L’Heureux, on est entre bonnes mains», insiste le ministre François-Philippe Champagne.

Éric L’Heureux rappelle que la mission première du programme «Branché pour innover» est de connecter les résidants, d’amener la fibre optique. On veut utiliser la technologie LTE pour amener Internet haute vitesse dans ces communautés isolées.

2017 aura été l’année de l’approbation du projet, alors qu’en 2018, on signait les ententes avec les paliers de gouvernement. 2019 est vraiment une année où on travaille sur le terrain.

Des appels d’offres ont été publiés ces derniers mois, d’autres l’ont été tout dernièrement. Ambra rappelle que deux projets se font en parallèle : la fibre optique et les tours pour le cellulaire.

«C’est vraiment concret. Dans les dernières semaines, il y a eu des forages, des études géotechniques pour déterminer le type de fondation qui sera nécessaire pour les tours. On est dans le processus de soumissions pour commencer le déboisement», estime Jean-Philippe Provencher, gestionnaire du projet chez Solutions Ambra.

On prévoit commencer la construction cet automne. Déjà, le processus de consultation publique est débuté pour les tours de Lac-à-Beauce, Lac-Édouard, Parent et lac Rainbow.

«L’année 2020 va être une grosse année de construction, 2021 est toujours la date visée pour la mise en service», projette M. Provencher.

«En neuf mois, on a mis les bouchées doubles, on avance. On est une équipe dédiée pour accélérer, pour être capable de livrer le plus rapidement pour possible ces tours-là», complète M. L’Heureux.

«On est enfin sorti de la conceptualisation. Ça a été long […] Là, je sens plus qu’on s’en va vers la faisabilité. On est déjà sur le terrain, on va voir dans les prochaines semaines la construction de tours et l’enfouissement de la fibre optique», remarque pour sa part le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

14 tours

14 tours seront construites, 5 dans la MRC de Mékinac et 9 à La Tuque. Dans Mékinac, on verra des tours être érigées à Mattawin, St-Joseph de Mékinac, lac Mékinac et Tawachiche. En Haute-Mauricie, elles seront situées au lac Chat, Festubert, Lac-à-Beauce, Lac-Édouard (est et ouest), Parent, Lac Rainbow, La Tuque (est) et La Bostonnais. Ce sont les résidents de Lac-Édouard qui seraient les premiers à profiter de cette nouvelle connectivité. Deux tours seront construites sur la route, pour améliorer la réception cellulaire, soit à Mattawin et La Bostonnais. Les autres seront dans les communautés.

On soulignait que la région va pouvoir compter deux redondances, qui évitera d’être isolée en cas de bris de la fibre, comme ce fut le cas à quelques reprises.

Phase 2

On a beaucoup parlé de la phase 2 du projet, qui viendrait assurer la couverture cellulaire entre Lac-Édouard et le lac des Commissaires, une zone de 53 km le long de la 155. «Sur le parcours nord avant La Tuque, de 5 à 7 tours seront nécessaires, pour couvrir complètement cette route», envisage M. Provencher. Aussi, on veut frapper à la porte d’un nouveau programme fédéral, de 750M$, pour arriver à le réaliser.

Le projet est aussi en évaluation par Hydro-Québec, notamment pour installer un câble électrique qui serait enfoui, puisqu’il n’y a pas d’alimentation électrique dans ce tronçon. Également, une fois les tours installées, il faudra les entretenir.

Le ministre Champagne n’a pas voulu en faire un engagement électoral : «On sera toujours présent. Quand on parle de santé publique, ce n’est pas une question d’engagement, de parti, de gouvernement».

Le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay, a indiqué qu’il demandera aux différents candidats dans la campagne électorale s’ils souhaitent s’engager dans cette phase deux du projet : «Au nord, on a plus de 2600 véhicules quotidiennement. Au sud, ça peut jouer entre 2800 et 3500». Le maire ne cache pas qu’il aimerait voir le gouvernement provincial s’y impliquer également.

François-Philippe Champagne ne voit pas là une annonce préélectorale ni une réaction à la déclaration du président de la Classique internationale de canots de la Mauricie, Stéphane Boileau, qui trouve que ça prend du temps avant qu’on en arrive à finaliser le dossier. Le ministre soutient avoir été interpellé par de nombreux citoyens qui souhaitaient une mise à jour du dossier.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des