Comité des usagers : le nouveau dépliant est en français et en atikamekw

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Comité des usagers : le nouveau dépliant est en français et en atikamekw
Présentant le nouveau dépliant, on reconnaît Lauriane Petiquay, directrice générale du Centre d’amitié autochtone de La Tuque, Lisette Petiquay, directrice, langue et culture au Conseil de la nation atikamekw ainsi que Réjeanne Collin et Doris Poirier, respectivement vice-présidente et présidente du Comité des usagers du Centre de services du Haut-Saint-Maurice du CIUSSS-MCQ. (Photo : Michel Scarpino)

LANGUE.  Le nouveau dépliant d’information du comité des usagers du Centre de services du Haut-Saint-Maurice du CIUSSS-MCQ sera bilingue, en français et en atikamekw.

C’est la première fois que le dépliant est traduit en atikamekw.

La traduction du document allait de soi, puisque le Comité des usagers estime que 37 % des usagers du CIUSSS-MCQ sont atikamekw.

«Si les gens ont des insatisfactions, des plaintes, ils peuvent se servir de la partie du dépliant prévue», rappelle Doris Poirier, présidente du Comité des usagers. Celui-ci est destiné à faire connaître les droits des usagers qui ont recours aux services du CIUSSS-MCQ. Les usagers qui, par exemple, veulent témoigner d’une insatisfaction trouveront la marche à suivre pour ce faire. On y parle également du mandat du comité des usagers ainsi que des droits et devoirs des usagers du CIUSSS-MCQ.

Pour Lisette Petiquay, directrice, langue et culture au Conseil de la nation atikamekw (CNA), cette traduction arrive à point, surtout en cette année internationale des langues autochtones : «95% de nos gens parlent l’atikamekw, c’est une langue qui est très vivante».

«On parle beaucoup des langues chez les Premières nations, chez les Atikamekw. Il y a beaucoup d’autochtones (à La Tuque) et la majorité est atikamekw. En milieu urbain, c’est une réalité, c’est plus difficile de garder la langue atikamekw», évoque Laurianne Petiquay, directrice générale du CAALT, selon laquelle le dépliant est une façon de plus pour les Atikamekw de garder leur langue d’origine. «On a le goût de le lire».

Les Atikamekw ont été mis à contribution, le CAALT a fourni les services d’infographie alors que Nicole Petiquay du CNA a traduit le document.

«On connaît notre monde. Ce ne sont pas des gens portés à déposer des plaintes. C’est peut-être quelque chose qui va les encourager. On est membres des Premières nations, on a droit aussi à un service convenable, à un bon service», apporte Laurianne Petiquay.

Le dépliant est disponible partout au centre de La Tuque du CIUSSS. Il y en aura également au CAALT.

 

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des