Québec accorde plus de 1 M$ à deux projets d’Industries John Lewis

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Québec accorde plus de 1 M$ à deux projets d’Industries John Lewis
Québec accorde plus de 1 M$ à deux projets d’Industries John Lewis (Photo : Michel Scarpino)

Investissement de plus de 4M$ de Rémabec

Via son Programme Innovation Bois, le gouvernement du Québec alloue une contribution financière de plus de 1M$ à l’entreprise Industries John Lewis ltée (IJL) du groupe Rémabec. L’argent servira à deux importants projets à l’usine du boulevard Ducharme, pour un investissement total de 4,1M$.

Dans un premier temps, un financement de 228 190$ a été accordé pour l’installation d’un nouveau système innovant pour le séchage dans l’usine de bâtonnets de bois. En tout, ce projet représente un investissement de 465 285$.

Le second projet sur lequel travaillent IJL consistant à la modernisation de la ligne de fabrication de bâtonnets de bois, afin d’en récupérer la fibre. Québec injecte 776 172$ dans ce projet qui se chiffre à 3,67M$.

«L’innovation et la modernisation sont au nombre des défis que doit relever l’industrie québécoise des produits forestiers. En mettant en œuvre des stratégies qui se traduiront par des gains en productivité, Industries John Lewis ltée contribue non seulement à la vitalité de la région de la Mauricie, mais également à la prospérité de l’ensemble de l’économie québécoise», a dit Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec. Le ministre y voit une belle preuve des efforts diversification de l’industrie forestière.

«L’utilisation du bois, aujourd’hui, ne se limite pas simplement à couper un arbre et en faire un 2×4. Il y a beaucoup d’utilité qu’on peut y voir. Il y a aussi l’aspect des changements climatiques, c’est tout cet environnement qu’on essaie de démontrer au niveau de l’innovation qui se fait dans cette industrie aujourd’hui», ajoute le ministre.

«En activité depuis 1979, l’entreprise Industries John Lewis est de celles qui respectent les hauts standards en matière de bonnes pratiques forestières. La totalité de l’approvisionnement de l’usine provient de l’aménagement durable du territoire forestier et l’utilisation de la matière est de l’ordre de 100 %. Voilà pourquoi cette entreprise est un fleuron québécois», enchaine

Marie-Louise Tardif, adjointe parlementaire du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs (volet forêts) et députée de Laviolette–Saint-Maurice.

Selon Mme Tardif, le gouvernement n’investit pas que dans les équipements, mais il veut aussi toucher l’aspect d’innovation, pour que l’industrie forestière soit encore plus compétitive sur les marchés mondiaux.

«C’est intéressant d’avoir des entreprises comme John Lewis qui acceptent, malgré l’incertitude des marchés, d’innover. Je suis vraiment fière aujourd’hui», lance Mme Tardif.

«Pour nous, chez Industries John Lewis, l’innovation est une pratique courante et quotidienne. La qualité de nos produits doit être constante, et même toujours améliorée, car la compétition est internationale. C’est avec rigueur que nous répondons aux besoins de nos clients. D’ailleurs, nous sommes très fiers de pouvoir travailler avec des entreprises québécoises afin d’innover, de faire mieux et de faire différemment. Le Programme Innovation Bois nous encourage à aller plus loin, ajoute Éric Bouchard, vice-président exécutif, Industries John Lewis.

Selon M. Bouchard, le projet a pour objectif de suivre l’évolution de la demande des clients, qu’on retrouve peu partout dans le monde, mais dont la plupart se situe aux États-Unis, au Canada et au Mexique.

«Avant, on avait une norme qui était plus internationale, maintenant, chaque client veut une qualité qui lui est dédiée, selon ses besoins, ses machines. On a plusieurs produits qui sont différents pour chacun des clients», ajoute-t-il.

Le projet n’aura pas d’impact immédiat sur le nombre d’emplois en usine : qui compte actuellement 150 travailleurs.  IJL produit autour de 8 milliards de bâtonnets par année, une capacité qui devrait augmenter de 10 % avec le projet.

«Le projet pour le séchage est bien avancé, et est pratiquement complété. Celui qui touche la transformation du bois va se terminer en 2021», conclut Eric Bouchard.

À propos de John-Lewis

  • Industries John Lewis ltée se spécialise dans la deuxième transformation du bouleau blanc, une essence feuillue très abondante au Québec, en bâtonnets destinés principalement au secteur alimentaire.
  • Le Programme Innovation Bois permet de soutenir des projets innovants tout en favorisant la diversification de l’approvisionnement des usines en encourageant la transformation des bois de qualité inférieure.
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires