François-Philippe Champagne aborde les dossiers locaux devant la CCIHSM

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
François-Philippe Champagne aborde les dossiers locaux devant la CCIHSM
Dans l’ordre ont habituel, on voit les administrateurs de la chambre en compagnie du ministre: Adam Jourdain, Marie-Eve Raymond, Patrice Bergeron, François-Philippe Champagne, Karine Rochette, Sylvie Francoeur, Patrice Sanvido et Kathy Tremblay. (Photo : Michel Scarpino)

POLITIQUE. Prenant la parole devant les membres de la Chambre de commerce et d’industrie du Haut-Saint-Maurice, le ministre des Infrastructures et des Collectivités et député de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne a rappelé les interventions de son gouvernement en matière d’économie et du commerce.

De nombreux dossiers locaux ont également retenu l’attention et fait l’objet d’interventions et de questions de la part des gens présents. On sait que plus tôt dans la journée, le ministre avait annoncé des aides financières totalisant 813 000 $ à deux entreprises et un organisme de La Tuque.

Le Complexe culturel

M. Champagne a été interpellé par le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay, afin que le gouvernement fédéral investisse également dans le projet de réaménagement du Complexe culturel Félix-Leclerc.

«Dans l’entente bilatérale, fédérale-provinciale sur les infrastructures, on a mis 7,5G$ d’investissements possibles pour le Québec. Une grande partie de cela est dans le transport en commun, mais il y a aussi un fonds de 280M$ pour des infrastructures sportives, communautaires et culturelles», a fait savoir le ministre Champagne.

Il a ajouté qu’en vertu de cette entente, le gouvernement du Québec devra prioriser le Complexe culturel.

La téléphonie cellulaire

Le député ministre Champagne a également été interrogé sur le dossier de la téléphonie cellulaire le long de la route 155 et dans les secteurs ruraux. «On a à peu près 80% du chemin de fait», évalue-t-il.

«Je vais être satisfait seulement lorsque je vais pouvoir utiliser mon téléphone cellulaire de Shawinigan à La Tuque. Ce n’est pas le cas présentement», enchaîne le ministre.

Il ajoute qu’on est en phase de réalisation : «J’aimerais ça que ça se fasse vite. Je suis très conscient que quand on aura le cellulaire et l’Internet dans la plupart de nos communautés, on va avoir un boom récréotouristique et un boom pour attirer de jeunes familles chez nous».

Il ajoute que sa grande fierté est que le premier projet du programme Branché pour innover a été annoncé sur la route 155, de Shawinigan à La Tuque : «15M$ sur un budget de 500M$. Faites juste un peu de mathématiques, vos allez voir que plusieurs de mes collègues disent : on dirait que quand c’est chez vous, les ratios ne sont pas des mêmes (…) On a sorti notre épingle du jeu».

«Il faut saisir les opportunités. Je pense qu’on est dans une position enviable en termes d’emploi et de croissance économique. Il faut prendre part aux nouveaux marchés qu’on a ouverts, tant aux États-Unis, en Asie qu’en Europe (…) Je pense qu’on investit plus de 30M$ dans les dernières années en Haute-Mauricie et on veut continuer d’investir pour se doter des infrastructures modernes ici à La Tuque», a aussi mentionné M. Champagne.

Il ajoute qu’on est actuellement en mode solution puisqu’il y aura certaines zones qui ne seront pas couvertes.

Présente dans la salle, l’ex-députée et conseillère pour le Service de développement économique et forestier de La Tuque, Julie Boulet, a indiqué que l’enjeu actuellement, est de passer les fils d’Hydro-Québec en même temps que ceux de la fibre optique. «Si on n’a pas l’électricité, on ne pourra pas mettre de tours pour la téléphonie cellulaire», a-t-elle dit, ajoutait qu’elle et le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay, tentent actuellement de convaincre Hydro-Québec. Une ligne traditionnelle, avec des poteaux, coûterait 10M$, mais l’enfouissement des fils électriques en même temps que la fibre optique coûterait 2M$.

On continue de travailler pour obtenir la collaboration de nouveaux partenaires dans ce projet de 26M$, dans lequel les deux paliers de gouvernement se sont impliqués . «Il y a eu des retards, mais ça a été profitable au dossier, car maintenant nous aurons un partenaire important, le CN (Canadien National). On avait de la difficulté à être capable de passer la fibre optique dans l’emprise du CN. Ça va être chose faite à partir d’Hervey-Jonction jusqu’à La Tuque. Il est même possible qu’entre La Tuque et Parent on utilise aussi la reprise du CN, ce qui serait une belle nouvelle», a pour sa part souligné le maire de La Tuque.

Selon ses dires, le dossier peut paraître long, mais il va bien, a d’autant plus qu’il y a maintenant une solution pour Lac-Édouard et Lac-Bouchette.

Concernant les trous noirs où il y n’aurait pas de couverture cellulaire sur la 155, le maire de La Tuque a un appris aux gens présents que de petites tours cellulaires pourront combler ce vide. «La technologie est en place, le budget va le prévoir il va s’agir d’être patient».

Après sa conférence devant la CCIHSM, François-Philippe Champagne s’est rendu visiter l’usine WestRock de La Tuque.

 

 

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des