Opération relance à La Tuque

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Opération relance à La Tuque
Les membres du comité de relance : Julie Boulet, coordonnatrice, Valérie Fortin, directrice de tourisme Haute-Mauricie, Karine Rochette directrice de la CCIHSM, Johann Thiffault, directeur général de la caisse Desjardins de La Tuque, Alain Garceau, président de la SDC, Tommy Déziel, directeur général de la SADC du Haut-Saint-Maurice, Karine Pérusse, directrice générale du CJE du Haut-Saint-Maurice, Julie Noël, conseillère aux entreprises au SDÉF et Danielle Rémillard, directrice générale du SDÉF. (Photo : Michel Scarpino )

ÉCONOMIE.  Formé de plusieurs organismes locaux, le Comité de relance économique de l’agglomération de La Tuque a présenté le bilan de ses actions pour contrer les effets négatifs de la pandémie de la COVID-19 sur l’économie locale.

Pour arriver à trouver des solutions, neuf groupes de discussions ont été mis sur pied avec des entrepreneurs latuquois entre les 12 et 28 mai, avec l’objectif de soutenir le développement économique. Au total, 125 participants se sont impliqués dans ces rencontres. Il en ressort l’injection d’un montant total de 430 000$, qui sera réparti dans quatre volets distincts.

«On a fait neuf tables de discussions, avec les commerces de détail, le secteur manufacturier, les industries, l’hébergement, la culture et le tourisme. Chaque jour, on faisait une table de discussions pour connaître comment ils vivaient la pandémie, mais surtout comment ils entrevoyaient la post-pandémie, la reprise et quels étaient leurs besoins», rapporte Julie Boulet, coordonnatrice du comité de relance économique.

«Il faut savoir que plusieurs entreprises ont été durement touchées par le confinement, qu’on pense aux bars, aux restaurants, aux commerces de détail. Certains ont encouru des pertes financières énormes,

qui vont être difficiles à rattraper. Le rôle de la SDC est d’aider ces entreprises à penser à travers la crise», a rappelé Alain Garceau, président de cet organisme. Une des solutions qui s’est détachée des discussions avec les marchands était de créer une rue piétonnière.

Vu qu’il n’y aura pas de vente-trottoir cette année, la rue piétonnière permettra aux commerçants d’agrandir leurs terrasses et d’installer des chapiteaux sur la rue. «La population a vécu le confinement avec beaucoup de stress, avec l’empêchement de sortir, la distanciation sociale. Avec rue piétonnière, on offre à la population la chance de renouer avec son centre-ville, avec toutes les offres qui vont se faire. Tout le monde va mettre la main à la pâte pour égayer le centre-ville», poursuivait M. Garceau, rappelant au passage la collaboration de tous les milieux engendrée par ce projet.

«Ce projet nécessite une implication financière de 53 000 $ rendue possible grâce à la participation de Ville de La Tuque par l’entremise de son Service du loisir et de la culture, son service touristique et son SDÉF, de la SADC, de la SDC et de Desjardins, ainsi que la collaboration de la Chambre de commerce et d’industrie et de l’équipe municipale», rapporte le comité de relance économique.

Les services professionnels

Un montant de plus de 130 000 $ sera disponible pour les entreprises qui pourront obtenir différents services d’accompagnement, que ce soit pour la création de site Web, de diagnostics comptables ou pour la vérification de conformité des installations sanitaires. « Pendant la pandémie, ceux qui avaient un site web, une plate-forme numérique transactionnelle ont été capables de maintenir un certain niveau de ventes, d’activité économique. On va mettre en place via la SADC un programme pour être accompagnés pour créer un site web», indique Mme Boulet.

Mesures sanitaires

Un montant total de 130 000$, en contributions non remboursables, sera alloué pour pallier les dépenses découlant des installations sanitaires en entreprise. Les entreprises auront droit à un remboursement maximal de 50 % de leurs dépenses admissibles.

Promotion de l’achat local

Le service de livraison mis sur pied pendant la pandémie a été un acteur important pour la poursuite des activités des marchands locaux. Cela, parce que les frais de ce service ont été absorbés par différents partenaires qui poursuivront leur contribution financière. «C’est même une initiative qui va être reprise ailleurs dans d’autres villes. Les gens ont appris à consommer sur place», note Mme Boulet.

Par ailleurs, on sait que la campagne «À 2 pas ou à 1 clic: J’achète La Tuque!» a connu un succès bœuf, quelques heures à peine seulement après son lancement, le 24 juin. Desjardins remettra à la CCIHSM un montant pouvant atteindre 25 000 $.

S’offrir La Tuque

Lancée à la mi-juin, la page Facebook S’offrir La Tuque veut montrer des promotions valorisant l’achat local. Une stratégie d’achat local sera développée pour conscientiser la population sur les biens et services essentiels disponibles à La Tuque.

Au total, plus de 140 000$ seront distribués dans les différents projets et initiatives d’achat local.

La promotion touristique

Le comité de relance entend cibler les visiteurs intra-Québec. Avec un budget de 30 000$, une campagne publicitaire touristique sera mise de l’avant pour faire connaître les attraits de La Tuque.

«Tous ces programmes ont pu être mis en place parce que Desjardins, la SADC, le SDÉF, avec la Ville, ont mis de l’argent», n’a pas manqué de faire remarquer Julie Boulet.

Une concertation  efficace

La coordonnatrice n’a pas caché l’urgence d’agir dans une telle situation : «Il fallait agir rapidement. Ce n’est pas dans six mois que les gens ont besoin, c’est maintenant, avant les vacances».

Celle-ci, d’ailleurs, a remarqué une belle concertation dans toutes ces démarches. «J’ai 17 ans de députation à La Tuque, en Haute-Mauricie, c’est une concertation que j’ai rarement vue. C’était génial, les gens voulaient vraiment changer les choses, défoncer des portes. […] C’est très intéressant de voir que tout le monde était à la même place», a conclu Julie Boulet.

Le comité de relance économique

Le comité de relance économique de l’agglomération de La Tuque est composé de représentants du Carrefour Emploi Haut Saint-Maurice de la Chambre de commerce et d’industrie du Haut-Saint-Maurice, de Desjardins, de la SADC du Haut Saint-Maurice de la SDC et de Ville de La Tuque par l’entremise de son service touristique et de son SDÉF. Des promoteurs privés de différents secteurs s’y sont également joints.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des