Manouane Sipi : objectif 2024… ou avant

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Manouane Sipi : objectif 2024… ou avant
On voit Jean-Robert Poulin, directeur au développement des projets chez Kruger Énergie, Pierre-David Tremblay et François Néashit, respectivement vice-président et président de la société en commandite Manouane Sipi ainsi que Gilles Côté, directeur au développement durable chez Kruger Énergie. (Photo : Michel Scarpino)

ÉCONOMIE. Après une première annonce, il y a quelques semaines, le conseil d’administration de la Société en commandite Manouane Sipi a donné un peu plus de détails sur les prochaines étapes du projet de minicentrale. On sait qu’un contrat d’achat a été signé avec Hydro-Québec le 15 février 2019 ce qui a permis de consolider les assises du projet.

On estime que 200 travailleurs seront nécessaires pour la construction de la minicentrale et qu’une fois mise en service, une dizaine d’emplois seront créés via ce projet qui rejoint un objectif de développement durable.

Le maire n’a pas caché que si l’objectif est une mise en service en 2024, il se pourrait qu’on appuie sur le bouton de démarrage un peu avant. «On s’est donné un peu de «lousse» dans le calendrier, car il va y avoir une période administrative, avec toute la question des études d’impact, des permis de recevabilité, les audiences du BAPE. C’est ce qui est un peu plus long, car à partir du moment où on va commencer à creuser et travailler, c’est moins contraignant», estime le maire.

Pierre-David Tremblay, qui est vice-président de la Société en commandite Manouane Sipi, a réitéré l’assurance qu’il ne sortirait pas plus de 8M$ des coffres publics respectifs de La Tuque et Wemotaci.

Pierre-David Tremblay

Il a rappelé que c’est Wemotaci qui en a eu l’idée en 2006, avant que le projet soit déposé conjointement dans le cadre d’un appel d’offres d’Hydro-Québec, en 2009.

«L’argent (le reste du financement) va provenir du financement et les mandats seront donnés à la compagnie Kruger», a mentionné M. Tremblay. Kruger Énergie agira à titre de gestionnaire pour le développement du projet ainsi que pour la construction et l’exploitation de la future minicentrale.

Le directeur au développement durable chez Kruger Énergie, Gilles Côté, est optimiste quant au financement du projet de 100M$.  «Il y a plusieurs compagnies d’assurances, plusieurs fonds qui sont intéressés à investir dans ces projets (…) Avec un contrat d’achat d’électricité d’une vingtaine d’années, je ne dirais pas que c’est facile, mais c’est possible d’aller chercher du financement pour un projet de cette envergure», estime-t-il.

M. Côté considère que Manouane Sipi est un projet sérieux, qui recevra une bonne acceptabilité sociale : «Il est vraiment ancré dans les deux communautés». L’entreprise qu’il représente dispose d’une bonne feuille de route, exploitant, entre autres, une vingtaine de centrales hydroélectriques.

Wemotaci

Les chefs de territoire ont été consultés pour vérifier l’acceptabilité sociale du projet de minicentrale, que le chef François Néashit voit comme très pertinent pour l’économie locale. «C’est une étape qu’on franchit aujourd’hui pour partir des formations pour que nos gens puissent travailler. J’ai parlé qu’il était nécessaire d’avoir 500 emplois, c’est sûr que ce projet n’emploiera pas 500 personnes […] mais il va y avoir d’autres opportunités de démarrage d’entreprises, on parlait, au conseil, d’un restaurant, d’une auberge», explique M. Néashit, qui est aussi président de la société en commandite Manouane Sipi. il a rappelé que 67% de la population de Wemotaci a moins de 35 ans : «Notre population subit un taux de chômage de 28 %, depuis 10 ans».

François Néashit

On sait qu’une fois les frais payés, Wemotaci et Ville de La Tuque en tireront chacune des revenus évalués à 60M$ sur 40 ans. La mini centrale sera reliée au réseau d’Hydro-Québec, via une ligne de 40 km qui ira rejoindre la centrale de Chute-Allard.

Une ligne téléphonique sans frais, 1 866 962-8248, a été mise en service pour les citoyens ayant des questions sur le projet. Au cours des prochains mois, un site Web dédié exclusivement au projet sera créé.

 

Les échéanciers

Mars 2019 à la fin 2019

Finalisation des études et consultations environnementales

Dès 2020

Dépôt de l’étude d’impact environnemental

Été 2019 au printemps 2020

Ingénierie préliminaire et estimation des coûts

Début 2020 à automne 2021

Analyse de l’étude d’impact par le ministère, audiences du BAPE et autorisations gouvernementales

Automne 2021 à l’été 2022

Octroi des contrats importants (ingénierie de détail, équipements, construction, etc.), obtention des permis de construction et financement du projet

Été 2022 à la fin 2024

Construction

 

La minicentrale

Représentation de la minicentrale Manouane Sipi

Elle sera située dans le complexe Manouane, soit à une centaine de km à l’ouest du centre-ville de La Tuque à vol d’oiseau, ainsi qu’à une quarantaine de km au sud de Wemotaci à vol d’oiseau. Avec ses deux groupes de turbines-alternateurs, elle produira 22 mégawatts. La centrale produira plus de 100 000 MWh par an, soit suffisamment d’énergie pour alimenter environ 5 000 résidences. À titre comparatif, cette minicentrale sera trois fois plus petite que la centrale Chute-Allard opérée par Hydro-Québec en Haute-Mauricie qui produit 62 mégawatts avec ses six groupes.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des