La Ptite Côte Barbecue ouvre ses portes

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
La Ptite Côte Barbecue ouvre ses portes
Mathieu Fortin (Photo : Michel Scarpino)

COMMERCE. La Ptite Côte Barbecue vient de s’installer dans les anciens locaux du restaurant chez l’Italien, sur le boulevard Ducharme, au sud du Parc des Chutes-de-la-petite-rivière-Bostonnais.

Le commerce de Mathieu Fortin, un passionné du fumage sur bois, a débuté ses opérations en janvier 2020, mais a rapidement pris de l’expansion.

Déjà, il offrait ses créations de chez-lui, mais son entreprise a pris une expansion qui l’a amené à avoir pignon sur rue. Il prépare le porc effiloché, le saumon fumé, de même que de la saucisse fraîche, des jambons à sandwich, des côtes levées et des fromages fumés.

Ainsi, dès l’été dernier, il regardait le bâtiment à vendre et y voyait l’endroit idéal pour s’installer. Après la transaction, il l’a rafraîchi et a installé son fumoir à l’arrière : «On est en milieu de bois, on croirait qu’on est en chalet ici. Je veux garder l’ambiance familiale, les tables à pique-nique sur le terrain, on peut manger le «take out» tranquille».

«Les saveurs qu’on vient chercher dans une cuisson lente, c’est un autre monde», confie-t-il.

C’est du Barbecue américain que je fais. Je veux garder cette ambiance-là, les saveurs, la famille. Rien d’extravagant, mais la bouffe est bonne»

-Mathieu Fortin

Il prépare d’ailleurs lui-même les épices et qui servent à assaisonner ce qu’il cuisine. «Je n’achète pas une poche d’épices. J’achète des kilos d’ail, d’estragon et je fais mes mélanges moi-même, jusqu’à ce que je sois satisfait de la saveur», donne-t-il à titre d’exemple

Seul employé de la Ptite Côte Barbecue, M. Fortin est épaulé par sa conjointe, Kathy Provencher, qui donne du temps à l’entreprise et par quelques autres personnes aussi. Depuis avril, il s’y consacre à 100%.

Il ne sera pas possible de manger dans l’établissement, mais on pourra aller y chercher sa commande ou  manger sur les tables à pique-nique.

M. Fortin est clairement passionné par son métier. «Plus j’en fais, plus je développe et j’améliore mes techniques. C’est une recherche sans fin pour trouver le bon niveau de cuisson et de saveurs», conclut-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires