Julie Boulet gardera La Tuque dans son cœur

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Julie Boulet gardera La Tuque dans son cœur
Julie Boulet gardera La Tuque dans son cœur | Jusque-là conseillère au développement économique du Service de développement économique et forestier de La Tuque (SDÉF), Julie Boulet, quitte ses fonctions pour devenir commissaire industrielle de la ville de Bécancour, en mars 2021. Malgré son départ, elle ne cache pas qu'elle ressent un attachement particulier envers la population de La Tuque et se dit heureuse du bout de chemin qui a été accompli au sein de «l’équipe de choc» du SDÉF. (Photo : Archives)

Elle deviendra commissaire industriel de Bécancour en mars

ÉCONOMIE. L’actuelle conseillère au développement économique du Service de développement économique et forestier de La Tuque (SDÉF), Julie Boulet, quittera ses fonctions pour devenir commissaire industrielle de la ville de Bécancour, en mars prochain.

Jointe par L’Écho de La Tuque, Julie Boulet a indiqué qu’elle souhaite se rapprocher de sa famille. Cette résidente de Trois-Rivières y a perçu un beau défi.

Les choses se sont passées très rapidement pour l’ancienne députée de Laviolette : «C’est un concours de circonstances, je n’ai pas cherché», avoue-t-elle d’entrée de jeu.

Une proposition lui a été faite au cours des derniers jours qu’elle a acceptée avec enthousiasme. Le conseil municipal de Bécancour a entériné l’embauche de Mme Boulet lors de son assemblée du 1er février.

Malgré son départ, Julie Boulet ne le cache pas, elle ressent un attachement particulier envers la population de La Tuque. Elle se dit heureuse du bout de chemin qui a été accompli depuis sa nomination, en décembre 2018 dans «l’équipe de choc» du SDÉF.

«Les citoyens, les entrepreneurs, ç’a toujours été mon coup de cœur. J’avais accepté l’invitation de venir participer à titre de conseillère en développement économique, parce que j’avais cet attachement-là aux gens, que je crois à cette communauté, à son potentiel de se développer, les forces vives du milieu. C’est un milieu qui est solidaire, qui est mobilisé. Il y a des acteurs qui travaillent fort pour les bonnes raisons», a-t-elle fait ressortir.

Les gens de La Tuque, évoque-t-elle, lui ont toujours transmis plein d’amour et de respect : «Je leur en serai éternellement reconnaissante. Je le disais souvent : l’endroit où j’étais la plus heureuse d’être la députée, c’est quand je venais à La Tuque. Ces gens-là m’ont portée et je leur devais ça».

Elle retient une excellente collaboration avec ses collègues actuelles du SDÉF, Danielle Rémillard et Julie Noël. Elle note aussi d’excellents liens avec le conseil municipal : «Je n’ai pas un mot à dire, ç’a toujours bien été avec le maire, j’ai toujours eu une bonne écoute et une collaboration précieuse, de tous les instants. Il y a aussi des partenaires du milieu : la SADC, la Chambre de commerce, tout le monde qui a travaillé avec nous».

Le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay comprend sa décision, mais, en même temps, regrette de la voir partir : «C’est une femme avec qui j’ai adoré travailler. Elle a beaucoup d’expérience, un bon sens de l’organisation, elle est très compétente et elle est très bien réseautée».

Mme Boulet coordonnait les comités de santé, de relance économique et de la forêt de ville de La Tuque.

Bécancour

Les dossiers ne manqueront pas à Bécancour. Premièrement, elle cite celui du parc industriel.

«Toute l’énergie verte, le parc est en ébullition, la ville de Bécancour est en croissance», énumère Mme Boulet.

Elle ajoute qu’elle travaillera avec plusieurs acteurs importants du secteur de Bécancour qu’elle connaît bien, dont le maire Jean-Guy Dubois, le député Donald Martel ainsi que Maurice Richard président-directeur général du Parc industriel et portuaire de Bécancour.

«C’est un environnement qui me plaisait, avec des gens avec qui j’ai toujours une précieuse, collaboration, quelque chose qui m’inspire, qui me motive et me stimule. C’est le rapprochement qui est facilitant pour moi, mais en même temps, j’y voyais de beaux défis à relever».

Elle succédera à Pierre Michel Auger, qui envisage la mairie de Bécancour avec le départ du maire actuel, Jean-Guy Dubois.

Le SDÉF en restructuration

Le SDÉF est-il fragilisé par le départ de Julie Boulet, mais aussi de deux autres membres de l’équipe avant les Fêtes ? Le maire Tremblay, pense que non, rappelant que l’organisme est appelé à jouer un nouveau rôle, notamment avec une nouvelle vocation sociale.

Il ajoute que deux membres de l’équipe sont toujours en place soit Julie Noël et Danielle Rémillard.

«On a deux postes à créer par le gouvernement, qui vont se faire dans les prochaines semaines, par le bureau Accès Québec, qui vont relever d’Investissement Québec. Et on va remplacer les postes (de conseillers au développement économique) […] on va se restructurer dans les prochaines semaines. Pour nous, c’est quelque chose de normal», pense le président du conseil d’agglomération de La Tuque.

Pour lui, que ce sera une occasion d’amener des changements, comme d’augmenter le nombre de démarcheurs sur le terrain. Aussi, on sait que la nouvelle structure sociale du SDÉF prévoit de chapeauter les volets social, touristique, culturel et des loisirs de ville de La Tuque.

«Il va y avoir des gens tantôt, autour d’eux. Ça va se faire graduellement, ça va être décidé à l’assemblée du conseil de février». Il confie que le personnel affecté au SDÉF va doubler, sinon tripler.

Des postes de conseillers en développement, un autre affecté à la filière forestière sont aussi affichés et seront comblés dans les prochaines semaines.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback
2021 en 21 coups de coeur photo - L'Écho de la Tuque
6 mois

[…] Jusque-là conseillère au développement économique du Service de développement économique et fo… Malgré son départ, elle ne cache pas qu’elle ressent un attachement particulier envers la population de La Tuque et se dit heureuse du bout de chemin qui a été accompli au sein de «l’équipe de choc» du SDÉF. […]