«Il faut intéresser les jeunes au travail dans le secteur forestier»

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
«Il faut intéresser les jeunes au travail dans le secteur forestier»
Le ministre Jean Boulet et la députée Marie-Louise Tardif. (Photo : Michel Scarpino )

Le ministre Jean Boulet s’arrête en Haute-Mauricie

EMPLOI. S’inscrivant dans le cadre d’une tournée régionale, le ministre responsable de la région de la Mauricie, Jean Boulet, a fait un arrêt à La Tuque, ce mardi.

«C’est une première tournée, mais je veux le faire de façon continue, pas uniquement dans le contexte d’une tournée régionale», confie le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Il a rencontré des représentants de la Coopérative forestière du Haut-Saint-Maurice et Rémabec. Son but en est un d’écoute des besoins exprimés. En toile de fond, on le sait, on retrouve les difficultés vécues par l’usine de Parent, qui subit actuellement un ralentissement de ses activités.

«Ça me sensibilise beaucoup aux préoccupations du secteur forestier, notamment la rareté de la main-d’œuvre, les droits de coupe. On a beaucoup discuté de stratégie pour combler les problèmes de rareté de main-d’œuvre», a fait savoir M. Boulet.

Il a rappelé que les personnes immigrantes représentent 20% des besoins en main-d’œuvre pour les prochaines années. Une campagne de valorisation pourrait êyre mise sur pied, pour tenter de séduire les jeunes, afin qu’ils s’intéressent aux emplois dans le secteur forestier.

«Il y a 120 000 jeunes qui ne sont pas en formation, qui ne sont pas à l’école et n’ont pas de contraintes sévères à l’emploi. Ils sont disposés et disponibles à intégrer le marché du travail. On parlait de valorisation des emplois du secteur forestier : il faut intéresser nos jeunes à ce travail-là. Il y a un problème aigu de rareté de main-d’œuvre dans un secteur qui est prioritaire ici à La Tuque. Les jeunes sont un groupe qui n’est pas suffisamment représenté dans le secteur forestier», a indiqué le ministre de l’Emploi. Une option qui pourrait donner un coup de pouce à l’industrie forestière, en mal de renouvellement de la main d’oeuvre.

À Ville de La Tuque

M. Boulet s’est aussi rendu à l’hôtel de ville de La Tuque où il a rencontré le maire, Pierre-David Tremblay et quelques membres de l’équipe municipale.

Ils ont échangé une trentaine de minutes sur les enjeux latuquois. M. Tremblay lui a remis un exemplaire du mémoire rédigé qui revendique plus d’autonomie financière pour l’agglomération de La Tuque.

«J’apprécie beaucoup que le ministre Jean Boulet ait pris le temps de venir nous rencontrer aujourd’hui. Nous lui avons présenté notre réalité économique qui est différente de celle de Trois-Rivières et de Shawinigan. J’ai aussi pris le temps de lui présenter la vision du conseil municipal sur quatre axes principaux sur lesquels nous mettons beaucoup d’énergie pour faire grandir l’organisation municipale : limiter au maximum l’augmentation des taxes, baisser la dette, améliorer notre gouvernance pour être plus efficace et axer nos services sur le citoyen. Notre approche centrée sur les besoins des citoyens lui a plu. »

Jean Boulet a indiqué qu’il prendrait le temps de lire le mémoire de La Tuque pour comprendre les enjeux auxquels la ville fait face. «J’ai pris le temps de lui expliquer que notre objectif n’est pas de demander simplement de l’argent, mais de trouver ensemble des solutions qui nous aideront à relever les défis économiques importants que nous avons. On ne veut pas simplement de l’argent, on veut de l’autonomie, de la pérennité et un pacte fiscal avec le gouvernement qui reconnaît notre réalité particulière. Le ministre a mentionné que La Tuque est importante pour lui et il veut nous aider. Ce fut une excellente rencontre, je le remercie de son écoute et de sa disponibilité», conclut M. Tremblay.

L’UMQ

Par ailleurs, le maire de La Tuque se prépare à recevoir une quinzaine de maires et mairesses de plusieurs régions forestières du Québec qui participeront à une réunion du Comité de la forêt de l’Union des municipalités du Québec(UMQ). Les élus visiteront les installations des Industries John-Lewis de Rémabec. Une mêlée de presse aura lieu en fin d’avant-midi pour faire le point sur certains dossiers prioritaires pour les communautés forestières du Québec, dont les négociations Canada-États-Unis sur le bois d’œuvre et la protection de l’habitat des caribous forestiers et montagnards.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires