Entreprises maraîchères: nouveaux incitatifs pour recruter des travailleurs dans les champs

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Entreprises maraîchères: nouveaux incitatifs pour recruter des travailleurs dans les champs

AGRICULTURE. Transport gratuit par autobus, l’opportunité de choisir son horaire: la Fédération de l’UPA Mauricie, par le biais du Centre d’emploi agricole, met les bouchées doubles pour recruter davantage de travailleurs dans les entreprises maraîchères de la Mauricie.

Avec la campagne Cet été, embarque sur le champ, le Centre d’emploi agricole de la Mauricie souhaite donner un coup de main aux entreprises maraîchères de la région qui sont à la recherche d’employés pour la saison estivale.

L’année dernière, la campagne J’y vais sur le champ, associée à un incitatif financier pour encourager le travail en agriculture, avait connu un beau succès dans la région, 350 candidatures ayant été reçues. Le programme n’a toutefois pas été renouvelé en 2021.

«La pénurie de main-d’œuvre est encore là. Des producteurs nous ont approchés. Ils étaient inquiets de ne pas avoir suffisamment de main-d’œuvre, considérant le printemps hâtif ainsi que la pandémie qui nous a mis beaucoup de bâtons dans les roues et qui a entraîné des retards dans les processus de recrutement de main-d’œuvre étrangère», explique Stéphanie Vaugeois, coordonnatrice au Centre d’emploi agricole.

Les besoins sont bien présents, déjà tôt dans la saison. Cette semaine, un producteur avait déjà besoin d’une vingtaine de personnes pour faire de l’emballage de légumes. Avec la saison des fraises qui approche, les besoins de main-d’œuvre ne feront qu’augmenter.

«L’an dernier, on s’est rendu compte que parmi les candidats à un poste, plusieurs n’avaient pas de véhicule pour se déplacer. On va amener une certaine solution pour tenter d’avoir assez de travailleurs dans les champs», précise-t-elle.

Chaque semaine, des autobus partiront de différents lieux de Trois-Rivières pour embarquer les travailleurs vers 6h. Le bus les conduira directement à la ferme et les ramènera au même endroit au retour. Pour l’instant, des producteurs de Shawinigan, Champlain et Trois-Rivières ont déjà levé la main pour participer à la campagne, mais le Centre d’emploi agricole doit encore faire la promotion de la campagne auprès des fermes de la région.

Trois lieux ont été ciblés pour l’embarquement: près du Cégep de Trois-Rivières et de l’Université du Québec à Trois-Rivières, près des Galeries du Cap et dans le Bas-du-Cap, près de Champlain.

«Les circuits seront établis selon les employeurs qui auront des besoins. L’avantage, c’est que les travailleurs seront véhiculés gratuitement et ça garantit une journée de travail d’au moins six heures, souligne Mme Vaugeois. Pour l’instant, on a surtout misé sur Trois-Rivières pour l’embarquement, car c’est là que se trouve le plus grand bassin de travailleurs potentiels. Il pourrait être possible de faire quelques arrêts de plus sur la route.»

Par ailleurs, une certaine flexibilité dans l’horaire sera possible. Chaque semaine, le travailleur pourra se rendre sur la plateforme Web pour y indiquer ses disponibilités.

«Certaines fermes l’offraient déjà. L’option de pouvoir choisir son horaire devient attrayante pour la relève. On veut aussi voir nos amis pendant l’été. C’est une belle façon de concilier le travail et sa vie personnelle, ajoute Stéphanie Vaugeois. On conseille aux employeurs de suivre les tendances du marché de l’emploi. On sent une belle ouverture de leur part. On remarque aussi que les nouveaux employeurs qui prennent la relève misent beaucoup sur l’équilibre travail-famille. Leurs employés goûtent à ça aussi. Ils sont rendus à s’ajuster.»

«C’est difficile pour tout le monde de recruter des travailleurs. Il y a un bon nombre de jeunes qui vont cogner aux portes, faire des fins de semaine. Ce sont les employés à temps plein qui sont les plus difficiles à trouver, souligne-t-elle. On voit des gens qui veulent revenir à la terre, mais le nombre de suffit pas comparativement à tous les employeurs proches de la retraite. Le travail à la ferme, c’est une expérience hors du commun. C’est valorisant et c’est un gros travail d’équipe», conclut la coordonnatrice du Centre d’emploi agricole de la Mauricie.

Les personnes intéressées doivent remplir un formulaire au www.danslechamp.ca. Une entrevue pourra ensuite être effectuée au téléphone. Pour plus de détails: www.danslechamp.ca/

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires