Moins de visiteurs, mais beaucoup de candidatures intéressantes

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Moins de visiteurs, mais beaucoup de candidatures intéressantes
Les organisatrices : Sonia Champagne, Karine Rochette et Sophie Beaudet (Photo : Michel Scarpino)

EMPLOI. Le 2e Rendez-vous de l’emploi de la Chambre de commerce et d’industrie du Haut-Saint-Maurice (CCIHSM) et de Choisir La Tuque a été moins achalandé cette année. Mais les employeurs potentiels présents sur place sont unanimes : ils ont saisi l’occasion de recueillir d’excellentes candidatures.

102 personnes ont franchi les tourniquets du Complexe culturel à cette occasion, soit la moitié du nombre enregistré l’année dernière.

«On n’a encore pas été chanceux au niveau de la température cette année. Un autobus devait partir de Wemotaci ce matin (lundi), mais le transporteur n’a pas pu se rendre sur les lieux», déplore Karine Rochette, directrice générale de la CCIHSM. On misait beaucoup sur la communauté de Wemotaci pour rencontrer les employeurs éventuels, surtout dans ce contexte généralisé de pénurie de main-d’oeuvre.

L’ambiance dans la ville, suite au drame familial du lundi matin, a aussi eu ses répercussions et les gens n’avaient peut-être pas la tête à se rendre au salon de l’emploi, estiment les organisatrices.

«Il n’y a pas eu beaucoup de passants, mais ceux qui étaient ici y était pour se trouver du travail», pense Sonia Champagne de Choisir La Tuque, une des organisatrices du Rendez-vous de l’emploi. On a accueilli des retraités, les étudiants, mais aussi des professionnels, désireux de se réorienter.

Des membres de l’équipe du Carrefour emploi Haut-Saint-Maurice étaient présentes pour accompagner les chercheurs d’emploi ainsi que pour mettre leur curriculum vitae à jour.

De toute évidence, lors du compte-rendu de l’événement, le comité organisateur va réévaluer la date où il sera présenté. On veut aussi trouver des moyens d’accueillir davantage d’étudiants.

Une rencontre privilégiée avec les employeurs

«C’est une rencontre privilégiée, une préentrevue. Dans une certaine mesure, c’était bien qu’il n’y ait pas eu autant de personnes que ça, parce qu’on avait du temps pour jaser avec les candidats», analyse Sonia Champagne.

Une deuxième journée virtuelle ?

Une deuxième journée pourrait s’ajouter à la programmation, l’an prochain. Selon Sonia Champagne, cette journée serait davantage virtuelle, une option qui est prise au sérieux. «C’est une nouvelle tendance. C’est comme un salon physique, le participant peut se promener de façon virtuelle dans le salon et l’entrepreneur peut clavarder avec un candidat. Ça peut être plus facile pour les entrepreneurs qui ne peuvent pas nécessairement s’absenter du bureau pendant toute une journée», évalue Mme Champagne.

De bonnes retombées 

«Nous avons eu des candidats de qualité (…) Nous avons eu surtout des retraités», a pour sa part noté Cathy Tremblay, gérante de chez Marineau, qui se dit partante pour revenir l’an prochain si l’événement est de retour.

Même constat pour Alain Bélanger, propriétaire du magasin Canadian Tire de La Tuque. «On a eu d’excellents CV et on a déjà hâte de les passer en entrevue. On a eu plusieurs candidatures et elles sont exactement dans ce qu’on cherchait», se réjouit-il. Il offrait plusieurs postes à temps plein et quelques autres à temps partiel.

Même les entreprises qui n’ont pas reçu beaucoup de curriculum vitae ont saisi l’occasion de faire connaître les différents postes qu’elles ont à proposer.

L’École forestière de La Tuque (ÉFLT) était aussi parmi les entreprises présentes. «Parfois, des employeurs reçoivent des candidats qui ne sont pas nécessairement diplômés, qui n’ont pas tous les préalables, on est là pour répondre aux questions de ces candidats», affirme le directeur, Gilles Renaud. Sa collègue Josée Duchemin, responsable des communications, ajoute que l’occasion est excellente pour faire connaître l’offre de formation de l’ÉFLT.

«On a reçu des gens qui étaient intéressés, à la recherche d’emploi ou des gens qui voulaient effectuer un changement de carrière », a noté Sylvie Francoeur, de la Caisse Desjardins de La Tuque. L’établissement offre principalement des postes de caissiers et de conseillers en finances personnelles.

Le Rendez-vous de l’emploi était incontournable pour Emploi Québec, qui donnait un coup de pouce à ceux qui cherchaient du travail.  «On avait imprimé 99 offres d’emplois (…) on leur montrait (aux candidats) aussi comment fonctionne le site d’Emploi Québec», indique Sophie Beaudet, de Services Québec. Son équipe en a profité pour rappeler aux exposants présents l’offre de services d’Emploi Québec pour les entreprises.

Le Rendez-vous de l’emploi a aussi permis de mettre en valeur tous les métiers qui sont disponibles en Haute-Mauricie.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des