Des locaux modernes et attrayants pour le Centre d’études collégiales

Michel Scarpino mscarpino@icimedias.ca

Des locaux modernes et attrayants pour le Centre d’études collégiales
Yan Gelinas, directeur général du Conseil de la nation atikamekw, Éric Milette et Stéphane Vincent, respectivement directeur général et président du Cégep de Shawinigan, Luc Martel, maire de La Tuque et Marie-Louise Tardif, députée de Laviolette-Saint-Maurice. (Photo : Michel Scarpino)

L’ancien Palais de justice, au deuxième étage du Carrefour La Tuque, a fait place aux nouveaux locaux du Centre d’études collégiales (CEC) du Cégep de Shawinigan, ces derniers mois.

Les travaux, on sait, se sont déroulés au cours de la dernière année et mènent à un nouvel espace de 5600 pieds carrés, aménagé pour répondre à davantage aux besoins des étudiants. On y retrouve dorénavant deux salles de classe traditionnelles, un laboratoire d’enseignement pour le programme de soins infirmiers, une classe d’apprentissage actif de même qu’une salle pour les étudiants ayant des besoins particuliers et un salon étudiant.

L’établissement a été inauguré en présence de la députée de Laviolette-Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif. Le gouvernement du Québec a annoncé une aide financière de 902 295$ sur cinq ans pour couvrir les frais associés à ce nouvel espace locatif.

« Cet argent va servir à payer les frais de location du nouvel espace du CEC et à la location d’un gymnase à qui appartient au Centre de services scolaires de l’Énergie (École Jacques-Buteux, pour les cours en éducation physique) », annonce Mme Tardif.

Le projet de relocalisation du CEC La Tuque représente un investissement total de 750 000 $ pour le Cégep de Shawinigan et ses partenaires, dont Ville de La Tuque et le Conseil de la nation atikamekw.

Le directeur général Cégep de Shawinigan, Eric Milette, croit que les nouveaux emplacements inciteront encore plus les étudiants de La Tuque à poursuivre des études collégiales en Haute-Mauricie. Une nouvelle cohorte en soins infirmiers débutera dès août 2022. Une cohorte de 7 infirmières se prépare d’ailleurs à joindre les rangs du CIUSSS-MCQ sitôt les trois ans d’études terminés.

Le CEC La Tuque accueille actuellement 35 élèves en ses murs et offre les programmes de soins infirmiers, science de la nature, sciences humaines (profil individu) ainsi que le cheminement Tremplin DEC. On veut diversifier la carte des programmes d’études dans l’avenir.

« Quand un étudiant vient ici au Centre d’études, il n’a rien à envier à aucun autre Cégep de la province » -Éric Milette

D’ailleurs, une entente de location d’espace a été conclue avec le CIUSSS-MCQ pour la formation d’une douzaine de préposés aux bénéficiaires pour son établissement de La Tuque, qui suivent actuellement leur formation dans les locaux du CEC.

Pour Carl Pedneault, responsable du CEC La Tuque, déjà, le fait d’avoir déménagé au centre-ville est bénéfique pour le nombre d’inscriptions : « On l’a vu dans les inscriptions. Les gens n’avaient pas encore vu les locaux, mais on a une augmentation importante au niveau du nombre d’étudiants déjà en sciences humaines. L’an dernier, on n’avait pas pu partir la cohorte et cette année, on a commencé la cohorte avec une quinzaine d’étudiants ». L’environnement plus stimulant des nouveaux locaux contribuerait pour ce regain d’intérêt des étudiants de La Tuque.

« C’est plus attractif. Les étudiants se sentent vraiment en enseignement supérieur. Ce sont des locaux qui ont des standards universitaires », pense Éric Milette.

Selon son évaluation, les nouveaux locaux ont la capacité d’accueillir entre 60 et 70 élèves. L’objectif est d’atteindre 50 élèves.

Nouvelle classe active

La nouvelle classe active du Centre d’études collégiales.

Dans les nouveaux locaux, on retrouve une classe active, qui, visuellement, n’a rien à voir avec les salles de cours auquel on est habitué.

« On n’est plus dans les cours magistraux, on est dans l’activité », fait valoir Carl Pedneault.

Selon ce dernier, c’est une classe ultra technologique dotée d’équipements de dernier cri. Elle favorise le travail actif des étudiants. L’enseignant est au centre de la classe, au lieu d’être en avant et les étudiants sont groupés par cinq sur une station de travail. Ils disposent chacun d’un ordinateur et d’une variété d’outils.

Selon M. Pedneault, cela permet des apprentissages plus riches, plus interactifs : « C’est une demande qui émergeait aussi des enseignants, on est sorti vraiment du magistral d’une certaine époque. Les jeunes profs qui nous arrivent sont plus technologiquement branchés et ont des idées nouvelles. Ça fait partie des nouvelles choses qui ont émergé en pédagogie ».

Ce dernier affirme qu’on voit ce genre de classe active depuis cinq ou six ans dans les milieux collégiaux. Le fait de déménager le CEC a permis l’aménagement d’une telle classe, accessible pour tous les programmes offerts La Tuque.

À l’écoute des besoins des Atikamekw

Le partenariat conclu avec le Conseil de la nation atikamekw va clairement profiter à la population autochtone de la Haute-Mauricie. « On est à l’écoute de leurs besoins. Maintenant qu’on a démarré, l’étape suivante sera de regarder quels sont leurs besoins actuellement et d’identifier ce qui serait le plus gagnant pour la communauté », signale M. Pedneault.

Journée portes ouvertes

Mentionnons qu’une journée portes ouvertes au CEC La Tuque se tiendra le jeudi 2 décembre de 18h30 à 20h. Ce sera une occasion de visiter les lieux, de rencontrer les représentants des programmes offerts.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires