Campagne du Gâteau : de l’aide directe aux personnes démunies et vulnérables

Michel Scarpino mscarpino@icimedias.ca

Campagne du Gâteau : de l’aide directe aux personnes démunies et vulnérables
L'aide directe aux personnes démunies demeure toujours la priorité du Centre de bénévolat. (Photo : Michel Scarpino)

Depuis toujours, la Campagne du Gâteau vient en aide aux personnes démunies de la région du Haut-Saint-Maurice.

Pendant longtemps, elle versait exclusivement ses revenus au Centre de bénévolat de La Tuque. Des changements sont toutefois survenus au fil des dernières années, souligne Alain Riendeau, trésorier du Centre de bénévolat. Cela, pour mieux répondre aux besoins.

« On a été appelé à apporter des changements majeurs, à la suite de la concertation des différents intervenants du milieu, mais la mission principale demeure, qui est celle de venir en aide aux personnes démunies et vulnérables », rappelle-t-il.

Alain Riendeau, porte parole du Centre de bénévolat

Auparavant, la principale forme d’aide se situait dans les bons de nourriture. « Mais maintenant, l’arrivée du programme de récupération dans les supermarchés et la distribution à la Centrale alimentaire ont fait en sorte qu’on continue à s’assurer que ce service-là soit accessible et que les denrées soient accessibles en plus grande quantité pour les personnes vulnérables »

On soutient donc la Centrale alimentaire. Dans sa mission, elle va compléter les aliments qui sont récupérés dans les supermarchés pour bonifier des paniers remis aux personnes bénéficiaires. « Par exemple, des fruits et légumes frais, on en récupère peu, mais on peut en acheter pour en mettre dans les paniers », soutient le trésorier. Les produits de base sont présents, lait, beurre, pain, œufs.

La porte d’entrée

La Centrale alimentaire est devenue la porte d’entrée du Centre de bénévolat pour toute personne qui vit une situation où elle doit demander de l’aide : « Pour des besoins autres que la nourriture, si la Centrale alimentaire n’est pas en mesure (de les aider), ils vont être référés à travers les intervenants qui sont déjà en place, une personne pourra les accompagner ».

Voilà pourquoi on retrouve des représentants des Travailleurs de rue, du Carrefour d’action bénévole, du Comité de défense des droits sociaux, au conseil d’administration du Centre de bénévolat.

Si une personne se retrouve dans une situation d’urgence, un bon lui sera émis. Mais les gens qui vont à la Centrale alimentaire contribuent dorénavant lorsqu’ils vont y chercher un panier d’aliments. Pour une contribution de 4$, ils obtiennent un panier d’épicerie d’une valeur équivalente à 100$. Ils y ont accès deux fois par mois.

« C’est une aide qui est importante et, on pense, beaucoup mieux adaptée. On a amélioré beaucoup notre manière d’aider les personnes démunies par la concertation alimentaire », glisse M. Riendeau.

Cette concertation alimentaire va plus loin. Depuis deux ans, on a remarqué que la Guignolée est présentée simultanément avec la Campagne du Gâteau. Après tout, les objectifs sont les mêmes, soulager la misère des gens d’ici. « À peu près tous les organismes qui viennent en aide aux personnes vulnérables se retrouvent autour d’une même table pour optimiser les dépenses en fonction de l’argent recueilli au Gâteau latuquois », insiste Alain Riendeau. Ce regroupement s’est fait doucement, au fil des dernières années, tout en prenant soin de conserver la mission respective de chacun des organismes.

Des besoins toujours aussi présents

Cela, parce que les besoins sont grandissants. Ils sont en transformation, ajoute M. Riendeau. Le coût de la vie augmente plus rapidement que les revenus des personnes dont les programmes sociaux sont la seule source de revenus, spécialement ces temps-ci.

Certes, l’aide financière du gouvernement fédéral via la PCU a eu un impact autant sur la disponibilité de la main-d’œuvre que de la pauvreté en général. Mais, puisque les aides gouvernementales sont terminées, on s’attend à une recrudescence des besoins.

Cette année, en nouveauté, au lieu des bons de nourriture pour Noël, on remettra des bons d’achat de la Chambre de commerce et d’industrie du Haut-Saint-Maurice qui pourront être utilisés autant dans les épiceries, les pharmacies, ou tout autre commerce.

Cela permet un meilleur retour pour les gens d’affaires qui sont toujours généreux envers la Campagne du Gâteau, eux, qui ne l’ont pas eu facile avec la pandémie.

« L’essentiel du Centre de bénévolat demeure l’aide directe aux personnes démunies. On ne subventionne pas les organismes partenaires. On leur permet d’apporter de l’aide aux personnes démunies », a aussi tenu à préciser le trésorier du Centre du bénévolat.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Michelle
Michelle
2 mois

Bravo au centre de bénévolat pour votre magnifique travail de concertation ! Merci à l’Écho de La Tuque pour cet intéressant article.