Budget : hausse moyenne de 0,88 % des taxes à La Tuque

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Budget : hausse moyenne de 0,88 % des taxes à La Tuque
(Photo : Michel Scarpino)

Les contribuables latuquois verront une hausse moyenne de 0,88% de leurs taux fonciers, toutes catégories confondues, lors du prochain envoi des comptes de taxes, au printemps 2022. Cela devrait se traduire par des augmentations très minimes du compte de taxes.

«À titre d’exemple, pour mieux comprendre l’effet du budget 2022 sur le compte de taxes des citoyens, le propriétaire d’une résidence évaluée à 123 800$ située dans le secteur urbain de La Tuque, dont la valeur foncière est demeurée la même que l’an dernier, subira une hausse de taxes de seulement 1$ sur son compte de taxes 2022 par rapport à son compte de taxes 2021», soutient la ville.

Avec une hausse des revenus et des dépenses de 836 190$ (2,59%) par rapport à 2021, le budget 2022 de La Tuque s’établit à 33 145 990$.

Compte tenu que l’indice des prix à la consommation (IPC) se situe autour de 5%, les élus estiment qu’il s’agit d’un excellent résultat.

Parmi les points saillants du budget 2022 la ville retient le gel des taxes de service pour une troisième année consécutive, le maintien du taux de la dette à l’ensemble et aucune affectation des surplus accumulés.

Il n’y a pas eu le dépôt d’un nouveau rôle d’évaluation en 2021. Mais une augmentation de la valeur des immeubles imposable de 8,3M$ est survenue alors que celle des immeubles compensables a grimpé de plus de 2M$. On note une hausse des nouvelles constructions ainsi que des permis de construction.

Les dépenses attribuables aux services de la Sûreté du Québec ont augmenté, tout comme les appels au service incendie. On verra aussi une hausse de dépenses découlant de la signature de la convention collective des employés municipaux et un léger surplus d’argent dégagé du budget, qui ira sur des remboursements anticipés de la dette.
La ville note également l’augmentation des transactions de ventes sur le territoire, des subventions rattachées à la voirie locale et un retour à la normale au niveau de l’achalandage de ses installations sportives et des événements après une année 2021 de pandémie.

Il n’y aura aucune hausse dans les taxes de service.

Agglomération

Les municipalités voisines verseront des quote-parts respectives de 5,2M$ (La Tuque), 206 340$ (La Bostonnais) et 200 890$ (Lac-Édouard), pour le fonctionnement des compétences d’agglomération.

Par ailleurs, les dettes des anciennes municipalités de La Tuque, Haute-Mauricie, et Parent diminuent et sont vouées à disparaître d’ici quelques années.

Un budget participatif, avec des projets citoyens, dont il a été question en campagne électorale, se concrétisera sous l’égide du SDÉF.

Enjeux de la ville :

  • L’environnement : implantation du compostage, formation d’un comité, actions de prévention auprès de la population. On effectue des études pour la faisabilité de la plateforme de compostage.
  • Le développement économique et social : soutien aux entreprises, outils pour attirer de nouveaux investisseurs, partenariats avec les communautés de la Nation Atikamekw, actions pour attirer de la main-d’œuvre, accompagnement de promoteurs, soutien au projet de réfection de la piscine Champagnat, déploiement des services Internet en milieu rural, développement industriel, etc.
  • Accroître les revenus autonomes : obtenir des redevances pour les ressources naturelles, être proactifs dans la vigie des programmes d’aide financière, décision concernant le projet Manouane Sipi, etc.

Plan triennal d’immobilisations (PTI)

Le plan triennal d’immobilisations prévoit le pavage du boulevard Ducharme, à partir de la rue Laurier à Wayagamac, en 2022. Un règlement d’emprunt a d’ailleurs été adopté par les élus lors de l’assemblée régulière du conseil. Il comprend également :

  • Implantation d’une plateforme de compostage à l’écocentre.
  • Phase II de l’aménagement du parc du lac Saint-Louis.
  • Investissement dans les chemins ruraux.
  • Renouvellement des conduites d’aqueduc et d’égouts de la rue Saint-Louis.
  • Aménagement d’un parc sur le terrain de l’ancien restaurant Scarpino avec un volet participation citoyenne.
  • Investissement dans la sécurité incendie au site Vallières.
  • Relocalisation de divers sports extérieurs au centre de ski.
  • Continuité dans l’amélioration de l’aéroport.
  • Achat de trois panneaux d’affichage numérique pour remplacer l’affichage désuet.

On veut profiter du caractère électoral de 2022 : la ville sera à l’affut des programmes gouvernementaux pour aller chercher des subventions pour aider à la réalisation des projets.

Travail d’équipe

Le maire, Luc Martel, parle d’un travail d’équipe entre les élus et l’administration municipale pour ce premier budget du nouveau conseil. «Toutes les décisions ont été prises en fonction des besoins de la population, de notre capacité de payer, ainsi que du respect des normes et des règlements. Le résultat est très satisfaisant pour le conseil, compte tenu que nous devons faire face à une hausse de l’IPC assez importante. C’est un budget travaillé en équipe, tourné vers l’avenir qui saura, on l’espère, répondre aux attentes des citoyens. Nous avons bénéficié aussi du fait que certaines de nos revendications ont été entendues par les gouvernements et se traduisent en nouveaux revenus pour notre municipalité. Nous continuerons à défendre les intérêts de notre communauté auprès des gouvernements au cours de la prochaine année», a laissé entendre M. Martel.

«La prémisse sera de gérer les deniers publics de la Ville de façon responsable et rigoureuse, il s’agit d’un budget ambitieux mais réaliste, axé sur le citoyen. Il reflète les objectifs suivants : répondre aux besoins de la population, assurer le développement de notre communauté et respecter la capacité de payer des contribuables. Le processus de préparation d’un budget municipal est un exercice exigeant autant pour les élus que pour les employés municipaux. Je remercie tous ceux et celles qui ont contribué à la réalisation de ce budget 2022», ajoute Jean-Sébastien Poirier, directeur général adjoint et greffier.

«Nous avons fait beaucoup d’efforts au cours des dernières années pour améliorer notre efficacité organisationnelle et notre rigueur financière. Nous en récoltons les bénéfices aujourd’hui et cela se reflète positivement sur le compte de taxes des citoyens. Le fait que le marché immobilier se porte bien nous donne aussi un bon coup de main», termine Christine Gervais, directrice du Service des finances et trésorière de Ville de La Tuque.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires