«Il faut maintenir le cap sur l’amélioration des services aux citoyens» -Pierre-David Tremblay

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
«Il faut maintenir le cap sur l’amélioration des services aux citoyens» -Pierre-David Tremblay
(Photo : Michel Scarpino)

La première assemblée d’information citoyenne a été présentée mercredi

Environ une trentaine de personnes étaient présentes à la première des trois soirées de consultation de citoyens tenues par le conseil municipal de La Tuque et son maire, Pierre-David Tremblay. En toile de fond, les quatre axes sur lesquels le conseil travaille : l’amélioration de la gouvernance, le taux de taxation, le paiement de la dette et l’augmentation des services aux citoyens.

Le maire le dit d’emblée, il apprécie beaucoup le genre de consultation tenue mercredi, parce qu’il a le temps d’expliquer des éléments qu’il ne pourrait pas lors d’une assemblée publique. D’ailleurs, cette première soirée, d’un peu plus de trois heures, a permis de bons échanges.

Le maire a rappelé qu’il était important de renseigner les citoyens à cette occasion, notamment sur des éléments comme la gouvernance.

«Ce dont les gens nous ont parlé, c’est : maintenez le cap sur l’amélioration des services aux citoyens et ne négligez pas la qualité», a fait ressortir Pierre-David Tremblay.

C’est évident qu’après 24 mois, on doit se retester auprès de la population

Pierre-David Tremblay

À travers les gens présents, on retrouvait une bonne partie de l’équipe opérationnelle de Ville de La Tuque, pour répondre aux questions.

«On entend les messages au quotidien à cause des contacts qu’on a avec les gens. Mais l’équipe municipale, ce soir, les a reçus aussi», ajoute M Tremblay.

Une bonne gouvernance

Pierre-David Tremblay a été très clair : il souhaite diriger la ville avec une bonne équipe. «Ça me prend des gens qui pensent à l’intérêt collectif».

Une allusion qui touche aussi des membres du conseil municipal. «Dans une équipe, on ne peut pas demander à tout le monde d’être sur le premier trio. Mais minimalement, les élus doivent avoir des comités, avoir des dossiers. Ce n’est pas le cas actuellement. Je ne suis pas là pour la distribution des dossiers, les dossiers sont libres et volontaires, ils doivent être pris par tout le monde. Plus les élus prennent des dossiers et des travaux, moins le maire en a, plus il peut se concentrer sur les réelles activités. Je ne veux pas être pris pour être toujours celui qui est en avant. On est sept, il faut que le travail soit divisé, chacun a ses forces, il faut que chacun travaille ensemble».

Il fait appel aux notions d’intérêt collectif plutôt que d’intérêt personnel. Il aurait souhaité que davantage d’élus soient présents à l’assemblée de mercredi. «Ce soir, toute l’équipe était là. On aurait souhaité qu’on soit plus présent ce soir en termes d’élus. On ne fait pas ça de jour, car il y en a qui travaillent, mais on aimerait que tout le monde y soit par intérêt collectif».

Surplus et dette

Au cours de l’assemblée, le maire a prévenu que le prochain surplus s’annonce plus élevé que celui de 16 000 $ enregistré au terme de 2018, en période de compressions découlant du pacte fiscal : «On va présenter les chiffres dans quelques semaines avec le budget, mais ça, ça m’encourage. Ça veut dire que le message est passé au niveau de l’organisation. On avait à démontrer qu’on était en contrôle de l’administration municipale».

Mais ceux qui espèrent un gel des taxes devront se raviser. «On vise un taux de 1,5% (d’augmentation). On ne peut pas aller plus bas, sinon, on augmente la dette», précise le maire. Et la dette est précisément un des irritants que le présent conseil veut combattre.

Le maire n’a pu éviter la question de l’augmentation des services aux citoyens. «On est une entreprise de services. Quand je suis arrivé, je trouvais qu’il y avait du relâchement», a-t-il laissé entendre, soulignant que le premier engagement pris à son arrivée a été de changer une perception négative face aux services publics :  «On a changé les mentalités, poursuit le maire, faisant référence au déneigement entrepris par la ville dans le Bel-Air et le boulevard Ducharme. On n’a pas eu une plainte de l’hiver au niveau de la neige. Le centre-ville était impeccable». On sait que la ville est allée trois fois en appel d’offres sans obtenir satisfaction au niveau des tarifs des contracteurs dans ces deux quartiers.

Les derniers mois plus difficiles au niveau économique se sont faits, affirme le maire, sans coupure de postes :  «Dans l’avenir, on va y aller vers une structure plus souple, peut-être en diminution du nombre de cadres, mais je garde tout mon monde».

Fini la marina municipale, mais le maire ne ferme pas la porte à deux ou trois petites marinas qu’il faudra avoir les moyens de se payer, là où les bassins d’eau le permettront.

Le maire a aussi apporté des précisions sur plusieurs sujets d’actualité, comme les parcs, Gazoduq, l’écocentre qui sera aménagé l’an prochain et les compteurs d’eau.

Nouveautés

Quelques nouveautés ont été annoncées au début de cette assemblée.

Par exemple, on a appris que les mécanismes régissant le transport adapté et collectif seraient appelés à changer. C’est le conseiller Roger Mantha qui en a fait l’annonce. «Le conseil de ville va devenir décisionnel. Les subventions du gouvernement vont toujours être présentes. Si on l’a, on travaillera à déterminer si on va garder l’OBNL et le conseil d’administration. On va travailler, en même temps, le transport collectif qu’on veut dynamiser. On veut augmenter l’offre. Le transport adapté et le transport collectif, c’est un besoin pour les citoyens de la ville», a fait savoir M. Mantha. On étudiera la question avec l’équipe en place du service de transport adapté collectif.

M. Mantha a également annoncé que la directrice de Ski La Tuque, Hélène Pelletier, a réussi à obtenir une subvention qui servira à remplacer le véhicule d’entretien des pistes de ski appelé le «BR», qui a fait son temps. Après la réception des soumissions, on pourra peut-être voir arriver le nouvel appareil aux alentours des Fêtes.

On verra arriver la notion de marketing territorial dans la promotion du tourisme ou auprès des nouveaux arrivants. On fait alors appel aux éléments qui distinguent La Tuque par rapport aux autres villes.

Multiples questions

Parmi les questions soulevées par les citoyens au cours de l’assemblée, comme il y avait la diminution des subventions aux organismes bénévoles, le déneigement près d’édifices publics comme le centre social, le marketing territorial, le manque de stationnement sur la rue Saint-Antoine près du CIUSSS, les droits de mutation jugés excessifs lors de la cession d’une résidence au profit de membres d’une même famille, de même que l’orthographe des noms de rues sur les panneaux (Castelneau ou Castelnau). On a aussi discuté de la visibilité des producteurs agricoles locaux et de la place qu’occupent les jeunes près de l’appareil municipal.

Deux autres assemblées du même genre seront tenues, les 20 et 27 novembre, à 19h. Elles seront respectivement présentées à l’aérogare Gaston-Hamel ainsi qu’au Club de golf et curling. Tous les citoyens sont les bienvenus.

 

 

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des