23 000 présences dans les sept Jeudis Centre-Ville

SPECTACLE. Le maire de La Tuque, Normand Beaudoin, croit que l’événement Simple Plan, présenté comme soirée de clôture de la série de spectacles des Jeudis Centre-Ville, aura procuré énormément de visibilité à la Haute-Mauricie.

C’est hors de l’ordinaire. Je ne me rappelle pas avoir vu un événement qui a attiré autant de personnes et surtout qui a créé autant d’enthousiasme», relate le maire Beaudoin qui en faisait le bilan.

Ce qu’il retient surtout de l’événement Simple Plan, c’est que les gens ont participé, au lieu d’assister passivement au spectacle.

«Toute la foule embarquait au complet et pas à peu près», de raconter le maire.

Difficile de dire le pourcentage des gens de La Tuque par rapport à ceux de l’extérieur qui ont assisté au spectacle. «Il y avait beaucoup de visages nouveaux que je ne connaissais pas, depuis la veille», observe également Normand Beaudoin.

Selon lui, La Tuque bénéficiera à moyen et long terme des retombées de toute la publicité entourant l’événement Simple Plan à La Tuque.

Il s’est également montré satisfait de la participation globale enregistrée au cours des six autres soirées des Jeudis Centre-Ville. «Ça a commencé un peu tranquille, mais il y avait au-dessus de 4000 personnes au spectacle de la Chicane. Si on fait le total de tous les spectacles, il y avait au-dessus de 23 000 personnes qui sont venues voir nos Jeudis Centre-Ville, en tout», comptabilise le premier magistrat de La Tuque.

Les coûts

Il s’est dit beaucoup de choses, autant sur la rue que dans les réseaux sociaux à propos des coûts engendrés par la présentation des Jeudis Centre-Ville. Mais le maire Normand Beaudoin est catégorique : la ville n’a jamais dépassé le montant annuel de 20 000 $ qui a toujours été investi dans cette série d’événements.

«On a démarré cela avec 20 000 $ et la participation de la SDC. Ce qui s’est additionné, ce sont les commanditaires, poursuit M. Beaudoin, selon lequel d’importants commanditaires sont greffés, au fil des ans, pour faciliter la présentation de l’événement.

Certes, la ville a fourni des employés municipaux, «mais on devrait entrer dans nos coûts».

Il n’est donc pas fondé d’affirmer que le spectacle de Simple Plan aura été présenté au détriment des 12 heures de La Tuque, un événement de sport motorisé qui ne sera plus présenté.

«Les 12 heures ont été éliminées parce qu’il y avait un manque de commanditaires, contrairement aux Jeudis Centre-Ville, où les commanditaires sont de plus en plus enthousiastes d’embarquer là-dedans», tranche M. Beaudoin.

Quant à savoir combien aura coûté la cuvée 2017 des Jeudis Centre-Ville, il est trop tôt pour parler des chiffres à l’heure actuelle. On en saura plus long d’ici quelques semaines.

La marche est haute pour l’an prochain

«Pour remplacer Simple Plan, ça pourrait être les Rolling Stones», blague Normand Beaudoin.

«C’est vrai que la marche est haute, poursuit-il plus sérieusement, mais on va toujours s’organiser pour avoir de très bons spectacles. On a été chanceux d’avoir Simple Plan., mais on a eu d’autres spectacles avant, comme Boom Desjardins, Charlebois, Gregory Charles et d’autres».

La formule des Jeudis Centre-Ville semble là pour rester, tant que la ville sera en mesure de maintenir ses coûts.

Il a tenu à féliciter les employés municipaux qui ont fait preuve d’énormément de professionnalisme dans l’organisation des Jeudis Centre-Ville.

L’aspect sécurité, la propreté des lieux et le fait que quelques heures à peine après la fin du spectacle de Simple Plan, toute la ville était revenue à la normale sont autant d’éléments positifs que retient aussi le maire de La Tuque.

«Les employés ont fait une «job» extraordinaire. On le voyait, ils étaient enthousiasmés», a-t-il conclu.