1,1M$ pour rafraîchir La Tuque High School

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
1,1M$ pour rafraîchir La Tuque High School
(Photo : Michel Scarpino)

 

RÉNOVATION.  Les élèves qui fréquentent La Tuque High School (LTHS) auront peine à reconnaître leur école à la rentrée de septembre.

Un important chantier s’y déroule actuellement, dans le but de répondre encore mieux aux besoins de ses 150 élèves des niveaux primaire et secondaire.

Le président de la Commission scolaire Central Québec (CQSB), Stephen Burke, a confirmé à l’Écho de La Tuque que l’investissement apporté sera de 1,1M$. De l’extérieur, rien n’y paraît. On agrandit par l’intérieur, pour optimiser les espaces.

La salle de repos des enseignants et la bibliothèque vont s’échanger leurs emplacements respectifs. Mais la bibliothèque, qui accédera au second plancher, va pratiquement doubler sa superficie et être encore mieux utilisée. On ne veut plus que ce soit simplement une salle traditionnelle où les élèves lisent en silence, mais qu’ils aient l’occasion d’y pratiquer des activités propices à l’apprentissage. «On veut un environnement plus actif, positif, plaisant», pense le directeur, Jason Barwise.

On a aussi pensé aux élèves ayant des besoins spéciaux. «Anciennement, on devait travailler avec eux dans les classes, mais ça leur prend de la tranquillité, un espace à part. On va faire de petits espaces pour les éducatrices spécialisées, pour travailler dans des bureaux fermés, pour permettre aux élèves de mieux se concentrer», rapporte Jason Barwise.

Les cinq éducatrices spécialisées travaillaient là où elles le pouvaient : «Ce n’est pas idéal».

Les bureaux de la direction et du secrétariat vont demeurer au même endroit, non sans avoir été rafraîchis.

Là où ça bouge beaucoup aussi, c’est au niveau du gymnase. Les grands vestiaires situés derrière le gymnase vont céder de leur place à des salles d’entraînement multidisciplinaire. La musculation, le yoga, le CrossFit sont autant d’éléments sur lesquels on misera pour garder les jeunes actifs physiquement, en plus de leurs cours d’éducation physique réguliers et de l’offre habituelle d’activités sportives parascolaires.

Puisque l’argent investi dans les actuels travaux ne couvre que le bâtiment, on doit trouver des fonds pour acquérir de l’équipement pour meubler cette nouvelle salle d’entraînement et pour la nouvelle bibliothèque. Des poids, des appareils de musculation ainsi que des sièges alternatifs (pour la bibliothèque) comptent parmi les éléments qu’on veut acquérir avec cette campagne de financement.

Déjà, environ 10 000$ ont été amassés. «Les anciennes familles, parents et anciens élèves et la communauté de La Tuque en général peuvent contribuer», propose Jason Barwise. Parmi ce montant, 2000 $ proviennent de la députée de Laviolette-Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif et 5000 $ de la Fondation Bon départ de Canadian Tire, tout comme d’anciens élèves. On peut contacter M. Barwise pour faire un don et aider l’école à atteindre ses objectifs.

Le gymnase conservera la même dimension, mais le plafond suspendu sera enlevé pour laisser encore plus de place aux lancers de volleyball en hauteur.

Un centre de ressources permettra aussi une meilleure collaboration entre les enseignants. Les planchers seront refaits un peu partout dans l’école. L’école aimerait aussi retravailler sa section cuisine, surtout avec l’intérêt des jeunes pour leur brigade culinaire. LTHS veut encourager davantage les jeunes qui veulent apprendre à cuisiner.

La sécurité

La configuration de l’entrée générale sera différente. Une deuxième série de portes sera installée à l’entrée générale pour que les gens qui sonnent pour entrer n’attendent pas directement dehors. Par la porte de gauche, on accédera à la garderie scolaire, en bas et par celle de droite, vers le secrétariat. Un mur séparera ces deux portes.

L’entrée de l’école a été configurée dans les années 60, alors que la sécurité dans les établissements d’enseignement était gérée de façon différente.

«Il y a beaucoup de problèmes qui vont être réglés avec cette rénovation», pense le directeur.

La seule partie qui ne sera pas touchée par les travaux est l’agrandissement de l’école qui avait été effectué vers 2002, à part quelques fenêtres devant être changées.

L’équité

Le président, Stephen Burke, souscrit à l’équité entre toutes les écoles de sa commission scolaire, dans la répartition des fonds. Voilà pourquoi le tour de LTHS était venu.

«On ne peut pas se permettre d’avoir une école qui n’est pas à la hauteur», lance-t-il.

Une opinion que partage la commissaire de La Tuque à la CQSB, Chantal Guay. «On a une commission scolaire qui est très engagée et très équitable entre ses écoles  […] Je n’ai pas eu besoin de me battre. On regarde les besoins de chacune de nos installations», signale Mme Guay.

Le projet a d’ailleurs été adopté unanimement par les commissaires. «Tous les commissaires ont comme préoccupation que les élèves aient un endroit sécuritaire, favorisant l’apprentissage», ajoute-t-elle. Le projet a aussi ses retombées locales, puisque l’entrepreneur responsable des travaux est Constructions F. Paré de La Tuque.

La CQSB

La Commission scolaire central Québec (CQSB) couvre un territoire très étendu, dans les régions du Nord-du-Québec, de la Capitale Nationale, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de Chaudière-Appalaches et de la Mauricie. Elle regroupe 17 écoles primaires et secondaires. LTHS accueille les deux niveaux d’enseignement sous un même toit.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des