«La gouvernance du Festival est dorénavant sous votre responsabilité» -Mario Lebel

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
«La gouvernance du Festival est dorénavant sous votre responsabilité» -Mario Lebel
Mario Lebel, président du Festival de chasse. (Photo : Michel Scarpino)

FESTIVAL. Le président du Festival de chasse du Haut-Saint-Maurice, Mario Lebel a fait parvenir sa réponse au conseil municipal de La Tuque, à la suite d’une déclaration du maire, Pierre-David Tremblay, qui remettait en doute la gouvernance de cet événement, en mars.

Le comité organisateur du Festival de chasse a écarté la possibilité de créer un organisme à but non lucratif (OBNL). «Nous savons ce que la mise en place et l’administration d‘un OBNL peuvent demander en termes de temps et nous ne souhaitons pas nous investir dans un tel projet», a simplement annoncé Mario Lebel.

Le groupe souhaite conserver la formule actuelle, sous la supervision de la Corporation des activités populaires de La Tuque (CAPLT), sans toutefois proposer un modèle, puisqu’il affirme qu’il est de la responsabilité d’un conseil d’administration de prendre des décisions relatives à sa gouvernance. «Il vous appartient donc de nous informer du modèle qui sera mis en place par le conseil d’administration de la Corporation», a poursuivi M. Lebel.

Quant aux finances, il a rappelé n’avoir reçu les états financiers préparés par la CAPLT que la veille de la rencontre avec Ville de La Tuque : «Malgré ma bonne volonté, ce court délai avant notre rencontre a eu pour effet de ne pas être en mesure de bien vous expliquer le déficit, n’ayant pas eu le temps nécessaire pour en faire une bonne analyse».

Il a rappelé que le budget du Festival est approuvé par la CAPLT en assemblée générale annuelle.

M. Lebel a proposé que chacune des municipalités de l’agglomération de La Tuque devienne partenaire financière du Festival ce qui serait, selon lui, une bonne façon d’en amorcer le redressement budgétaire. «Les deux municipalités ont des retombées économiques indirectes compte tenu du nombre de pourvoiries et de territoires de chasse dans chacun de leur village. De plus, elles pourraient participer à notre programme des Ambassadeurs et aider le Festival à se faire connaître», propose M. Lebel.

«La réussite et la survie de l’événement me préoccupent et me tiennent à cœur et c’est ce qui l’emporte sur la déception que je pourrais avoir envers vous et l’ensemble du conseil suite aux derniers événements. C’est pour ces raisons que je suis tout de même disposé à collaborer, si vous le souhaitez, une fois la nouvelle gouvernance implantée».

Mario Lebel ne se définit plus comme président du Festival de chasse. «Je n’ai plus la légitimité de prétendre être le président d’un comité qui n’a plus de dépendance décisionnelle. C’est pourquoi je vous annonce que je ne suis maintenant qu’un simple bénévole au sein d’un comité qui offre ses services à la nouvelle organisation à naître. La population et les bénévoles du comité vous appuient, nous n’attendons que votre invitation», a-t-il conclu.

Plus tard, on apprenait que le Festival allait se poursuivre sous l’égide d’un organisme à but non lucratif. 

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des