De nombreuses vedettes quittent les médias sociaux pour préserver leur santé mentale

Adina Bresge, La Presse Canadienne
De nombreuses vedettes quittent les médias sociaux pour préserver leur santé mentale

TORONTO — De nombreuses vedettes ont fait cette année le choix de quitter les médias sociaux pour préserver leur santé mentale, face à l’acrimonie du public.

L’acteur qui incarne «Spider-Man», Tom Holland, a annoncé l’été dernier à ses dizaines de millions d’abonnés sur Instagram que lire ce qui se dit sur lui en ligne nuit énormément à son état mental. Il n’a depuis fait qu’une seule publication sur la plateforme, pour y promouvoir des organismes de soutien, notamment pour la santé mentale des adolescents.

En août, l’acteur et réalisateur Jonah Hill a supprimé son compte Instagram. Dans une lettre adressée au site d’actualité hollywoodienne Deadline, il a déclaré qu’il se retirait afin de contrer ses crises d’anxiété.

La chanteuse Selena Gomez, la vedette de «Star Wars» Daisy Ridley et la gymnaste olympique Gabby Douglas font partie de celles qui ont vanté les bienfaits de prendre des pauses de médias sociaux.

La Presse Canadienne a demandé à quelques vedettes d’Hollywood comment elles restaient connectées sur les réseaux sociaux tout en veillant à leur santé mentale.

Selon l’actrice de «Tout, partout, tout à la fois», Stephanie Hsu, les médias sociaux sont bons à petites doses, mais il est difficile de se contrôler lorsque les plateformes numériques sont conçues pour vous garder en ligne.

«Je pense que les réseaux sociaux sont en fait incroyablement toxiques pour notre cerveau», a fait valoir Mme Hsu au Festival international du film de Toronto l’automne dernier. «C’est fait pour être vraiment addictif. Et c’est pourquoi les gens ont besoin de faire des pauses, de la même manière qu’ils ont besoin de faire des pauses dans leur consommation de sucre ou d’alcool.»

Mme Hsu a dit qu’elle visitait Instagram de temps en temps pour «faire plaisir aux masses», mais elle aspire à une époque où l’autopromotion en ligne ne serait pas une exigence professionnelle pour les artistes.

L’actrice principale de la série Netflix «Mes premières fois», Maitreyi Ramakrishnan, a pris l’habitude de mettre en sourdine les notifications afin de ne pas être appelée à voir ce qu’elle manque. Mais elle pense également qu’il y a des avantages à rester connectée.

«Il y a des aspects que j’aime, quand je publie des photos loufoques de mon chien ou que je m’amuse simplement avec ma famille ou mes amis», a indiqué l’actrice torontoise lors du TIFF. «J’essaie de rester concentrée sur ces aspects, puis je m’autorise à faire des pauses quand j’en ai besoin.»

Adam DiMarco, natif d’Oakville, en Ontario, s’adapte à sa renommée croissante en tant que membre de la distribution de la série «White Lotus» de HBO. Il dit essayer de gérer son temps d’écran dans le cadre de son plan de santé et de bien-être.

«J’ai tenté de passer moins de temps sur les réseaux sociaux, je pense que beaucoup de gens en viennent à cette conclusion», a dit M. DiMarco lors d’un entretien téléphonique.

Pendant ce temps, l’actrice oscarisée Jessica Chastain adopte une approche radicale de la déconnexion numérique. «Pour ma propre santé mentale (…), j’ai un téléphone cellulaire, mais j’essaie de m’en tenir le plus loin possible», a-t-elle expliqué au TIFF.

«Nous avons cessé d’avoir des relations les uns avec les autres parce que maintenant nous sommes pris dans la bulle que forme notre appareil. J’essaie de m’en détacher ou de le consulter seulement à la fin de la journée ou toutes les quatre ou cinq heures, pour vérifier que tout va bien.»

―――

Avec des informations de Noel Ransome et de David Friend à Toronto

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires