La gestion des matières résiduelles

La gestion des matières résiduelles

Lorsque l’on parle de matière résiduelle, il est question de plusieurs grandes familles de résidus comme les matières dangereuses et non dangereuses, les déchets biomédicaux, les pesticides, les matières résiduelles fertilisantes et même, la neige. Au Québec, chaque citoyen produit en moyenne 25 tonnes de matière résiduelle non dangereuse par minute. Malgré les efforts pour faire diminuer cette production, l’objectif n’a pas été atteint. C’est pour cette raison que le Québec a mis sur pied la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles. Cette politique vise à créer une société sans gaspillage qui cherche à maximiser la valeur ajoutée par une saine gestion de ses matières résiduelles, et son objectif fondamental est que la seule matière résiduelle éliminée au Québec soit le résidu ultime.

Réduction des matières résiduelles, à la source

Il importe de diminuer dès le départ cette création de matière résiduelle afin d’en avoir une meilleure gestion et de réduire le nombre de tonnes par citoyen québécois. Certaines habitudes sont donc à prendre afin d’atteindre les objectifs de diminution, comme utiliser des contenants réutilisables, bannir les sacs de plastique, faire du compostage, apposer un autocollant « pas de circulaire » sur votre boîte aux lettres, acheter des vêtements usagés, boire l’eau du robinet plutôt qu’acheter des bouteilles, etc.

Recyclage – Matières organiques et non organiques

Une des premières solutions qui a été mise en place, il y a de cela plusieurs années déjà, est le recyclage. Il correspond au troisième « R » de la hiérarchie des 3RV (Réduction à la source, réemploi, recyclage et compostage). Le recyclage, c’est la transformation industrielle de matières récupérées en de nouveaux biens de consommation. En plus de réduire le gaspillage, il comporte des avantages économiques, dont la création d’emplois. C’est sans compter ses nombreux bienfaits environnementaux, comme la préservation des ressources naturelles et les économies d’énergie. Cela fait en sorte que les articles comme les emballages plastiques, les boîtes de conserve, les tasses à café à utilisation unique et plusieurs autres pourront peut-être servir à la création de nouveaux objets plutôt que de finir dans une décharge.

Les matières organiques, aussi appelées matières compostables, sont définies comme étant des matières biodégradables par les microorganismes. Plusieurs types de résidus organiques sont inclus dans cette grande catégorie, dont les résidus verts, les restes de table, les boues d’épurations des eaux usées et biosolides municipaux ainsi que les boues et résidus générés par les activités industrielles des secteurs de l’agroalimentaire et des pâtes et papiers. En agissant sur le recyclage des matières organiques, il est possible de réduire considérablement les déchets éliminés au Québec. Le recyclage des matières organiques comprend notamment l’épandage au sol, le compostage et la biométhanisation. Il offre des avantages agronomiques importants, tout en contribuant concrètement à la lutte contre les changements climatiques

Il est très important de faire appel à un professionnel en service sanitaire s’il est question des boues de votre fosse septique. Ce dernier pourra vous informer des moyens afin que vos matières résiduelles puissent être utiles à l’épandage.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires