Mort aux Pitbulls!

Publié le 14 juin 2016
Les pitbulls demeurent interdits à Saint-Élie
Photo, archives - TC Media

OPINION. Je ne suis pas biologiste ou ethnologue ni vétérinaire, mais voici ma compréhension, basée sur mon expérience de par mon travail avec les chiens et diverses formations. Ceci dit, ces informations se trouvent sur le net sans problème.

En effet, les chiens d’aujourd’hui sont pour l’essentiel des créations de l’homme. Créés pour effectuer une tâche. Les chiens ont transporté l’humain et son matériel d’un endroit à l’autre, l’ont protégé, défendu, l’ont cherché et trouvé dans des avalanches et autres situations, ont gardé ses troupeaux, ont détecté des mines, transporté des messages importants, etc.

D’un point de vue éthologique (science du comportement animal), s’il existe des différences entre les espèces canines, il s’agit de patrons moteurs (programmation génétique) plus ou moins exacerbés.

Par exemple, aux fins de garde de troupeaux, les chiens bergers sont sélectionnés pour leur haut niveau de prédation, on leur apprend simplement à ne pas «tuer» le mouton pour que celui-ci, apeuré, rejoigne son troupeau. Le chien, alors stimulé par une monté de dopamine (hormone du plaisir, hautement addictive) deviens obsédé par sa tâche.

On ne peut «dresser» un chien à garder un mouton, on ne peut «qu’encadrer» son niveau de prédation.

Pour ce qui est des chiens de combats, on ne leur apprend pas à se battre, mais bien à avoir peur et le patron-moteur de la défense, c’est, entre autres, l’agression. Et l'agression crée de l’adrénaline (hormone de défense du système nerveux, et qui est aussi addictive) et éventuellement le chien devient accro et problématique.

C’est grosso modo la façon de faire, pour avoir un chien agressif, toutes espèces canines confondues. Évidemment, si on espère causer des dommages importants, on ne choisit pas un pékinois, bien que ça puisse être extrêmement douloureux.

Il n’existe pas de patrons-moteur chez le chien qui lui dicte d’attaquer des humains. Il n’y a que des humains pour en faire un être dangereux.

C’est une explication bien sommaire qui démontre je pense qu’il y’a lieu de faire la part des choses, pour identifier et résoudre le vrai problème: des gens incompétents utilisent ou ont accès à des animaux ou des armes potentiellement dangereux beaucoup trop facilement.

Quand bien même on élimine les Pitbulls, si je veux un chien «agressif», il existe plus ou moins 400 autres espèces canines, qui pour l’essentiel ont le même potentiel de dangerosité. J’ai l’embarras du choix.

Certains diront que le Pitbull fait plus de dégâts que d’autres. Wow, quelqu’un va vraiment faire la différence de pression de mâchoire quand sa face sera dans la gueule d’un caniche dressé pour l’attaque par un fou furieux parce qu'il n’y avait plus de Pitbulls à sa disposition?

Alors quoi? On élimine toutes les espèces qui nous menacent parce qu’on est collectivement incapables de gérer nos rapports avec les chiens?

Les responsables de la mort atroce de cette femme, s'il est avéré que c’est bien le chien qui l’a tuée, c’est le propriétaire du chien et c’est nous tous solidairement pour avoir permis que n'importe qui peut avoir n'importe quel chien pour faire n'importe quoi et nous serons responsable des prochains accidents pour ne pas avoir exigé de nos élus de légiférer et encadrer l’accès à des animaux.

Le reste n’est que du bruit.

 

Maxime Leclerc-Gingras

Éducateur canin, «musher» et copropriétaire