Un au revoir assez particulier

Publié le 5 mars 2012

Ma Golden de 12 ans qui fait partie d’un membre respectif de notre famille est malade depuis 1 semaine. Elle ne mange plus, elle vomit et elle a des pertes. Mon cœur de maître est brisé.

Première idée qui me vient à l’esprit, la faire examiner. J’appelle à la clinique vétérinaire Méliblack. Des frais exubérants d’environ 200 $ pour prise de sang, examen et ouverture de dossier me seraient chargés, elle n’est pas soignée encore et on ne s’est pas ce qu’elle a. Aucune chance pour un maître de savoir ce qui fait souffrir autant notre chienne adorée…

Deuxième idée qui me vient à l’esprit, lui essayer une nourriture plus molle, facile à digérer. Maggy, ma golden refuse toujours de manger et elle se vomit le coeur. Les pertes deviennent plus brunâtres. Plus capable de la voir souffrir, semaine 2, j’appelle toujours chez Méliblack pour prendre rendez-vous pour l’euthanasie de mon bébé malgré ses 12 ans. Par chance, qu’avec les animaux on peut mettre fin à leurs souffrances, ce qu’on ne peut faire avec les humains.

Ce moment extrêmement difficile et éprouvant pour toute la famille arrive. Les enfants sont inconsolables. Avec courage et tristesse nous amenons Maggy à la clinique. On nous offre la possibilité de donner un calmant à notre chienne pour qu’elle soit moins stressée et pour éviter qu’en la piquant, elle est du mal dans les os si elle fait de l’arthrose. On accepte et la vétérinaire injecte le calmant et nous dit seulement après que l’injection soit fait qu’elle peut vomir, c’est un effet secondaire du calmant. Une minute après, ma chienne se vomit les tripes, tout son ventre bouge, la grosse bile blanche avec de la broue pend au bout de sa bouche. Incapable de voir les derniers moments de ma chienne se passer de cette façon, je vais chercher la vétérinaire pour qu’elle l’euthanasie. Installée par terre sur une doudou, elle lui rase la patte et lui donne son injection sans même m’expliquer comment cela va se passer et en combien de temps elle nous quittera. J’arrivais à peine à son chevet qu’elle laisse un dernier souffle et part. Mon conjoint n’a pas eu le temps de se rendre à ses côtés ne sachant pas qu’elle partirait aussi vite étant donné que nous n’avions eu aucune explication et déroulement de ce qui se passerait. Il y avait une belle table à notre hauteur, dans la pièce, pensant qu’on la déposerait dessus et qu’on serait de chaque côté d’elle pour lui dire au revoir.

C’est inacceptable qu’une supposée professionnelle de la santé des animaux avise son patient des effets secondaires après lui avoir administré le médicament qu’elle ne nous donne aucune explication et ne fasse pas preuve d’un peu de sympathie. Notre décision aurait été très différente; je n’aurais jamais accepté que ma chienne prenne le risque de vomir encore alors qu’elle le faisait depuis 2 semaines. Je venais lui faire administrer une injection pour arrêter ses souffrances et non pour garder en mémoire la dernière image de ma chienne en train de se vomir les tripes.

Je suis désolée Maggy, j’aurais aimé que tu nous quittes autrement, sûrement avec une vétérinaire plus sensible, plus rassurante et qui prend le temps de bien informer les maîtres du déroulement de ton dernier souffle de vie.

Je t’aime Maggy, tu resteras toujours dans nos pensées…

Kim Grenier et Stéphane Daunais