Yves Tousignant à la mairie de La Tuque ?

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
Yves Tousignant à la mairie de La Tuque ?
Yves Tousignant. (Photo : Archives)

ÉLECTIONS. À un an des élections municipales, la machine à rumeur commence à faire son oeuvre. Le Festival de chasse est souvent un lieu où commencent à s’alimenter les échos des élections de l’année suivante. 2016 n’a pas fait exception.

L’ex-directeur général de Ville de La Tuque, Yves Tousignant, n’a pas caché être en réflexion face à une éventuelle candidature pour la mairie de La Tuque lors de l’élection municipale du 5 novembre 2017. Il en a d’ailleurs été question sur les réseaux sociaux ces derniers temps. «Je confirme que je vais me présenter aux prochaines élections, soit à la mairie de mon village natal (St-Pierre-les-Becquets) ou à celle de ma ville d’adoption», a indiqué M. Tousignant à TC Media.

Retraité du monde municipal, où il a été notamment directeur général des municipalités de Haute-Mauricie et Ville de La Tuque, il est premier magistrat de St-Pierre-les-Becquets depuis l’élection de 2013.

«En 2013, j’avais été approché pour la mairie de La Tuque (…) Une des raisons pour lesquelles je suis retourné à la mairie de mon village natal était pour m’occuper de ma mère, sous dialyse trois fois par semaine et je faisais beaucoup de transport. Elle est décédée pendant l’été 2015. J’ai accompagné ma mère en fin de vie et touché au domaine municipal», résume-t-il.

Il en a profité pour travailler sur plusieurs dossiers locaux de cette municipalité de 1 200 habitants et s’y rend quelques jours par semaine puisqu’il y possède une résidence, mais son domicile principal est à La Tuque.

 «Tous les maires devraient avoir, comme aux États-Unis, deux mandats au maximum et le maire sortant de La Tuque est en poste depuis deux mandats. C’est pour cela que je pense que la mairie de La Tuque a besoin d’un vrai changement», relate M. Tousignant, qui surveille les dossiers de développement économique, forestier, minier et touristique de la Haute-Mauricie.

« Je siégeais au conseil d’administration de l’UQTR et c’était surtout pour des questions de développement forestier», fait-il également remarquer.

Il pèse actuellement le pour et le contre et devrait rendre sa décision finale avant le début de l’été prochain.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires