Une Latuquoise en Chine aux Mondiaux de Bateau Dragon

Par Francine Beaupre

La latuquoise d’origine Valérie Boisvert s’est rendue en République populaire de Chine pour participer aux Championnats mondiaux de bateaux Dragon avec son équipe « Adrenaline Woman » du Club « H2O Playground ». Destination Hong Kong avec une mordue de ce sport depuis maintenant quatre ans!

Cette compétition du Club Crew World Championship (CCWC) se tenait du 4 au 8 juillet derniers en mer de Chine et mettait en lice les 142 meilleures équipes de tous les Clubs du monde. Les Championnats mondiaux se tiennent aux deux ans. Ne peuvent s’y rendre que les équipes qui ont inscrit de très bonnes performances aux compétitions nationales.

Après un vol de près de vingt heures, l’équipe est arrivée à Hong Kong, région la plus peuplée de Chine. « Hong Kong en soi est un pays dans un pays », expliquait Mme Boisvert. « Nous sommes arrivées trois jours avant la première compétition. Nous devions nous adapter au décalage horaire, à la température extérieure et à naviguer en Mer de Chine. Trois jours, ce n’était pas de trop », précisait la pagayeuse.

Des conditions très différentes

Les conditions de navigation en Mer de Chine sont fort différentes de celles auxquelles sont habituées les femmes de cette équipe montréalaise. « Il y a de grosses vagues, causées par le passage des navires et plusieurs équipes ont connu des difficultés. Des gens sont tombés à l’eau, certains barreurs ont même perdu le contrôle de leurs embarcations », expliquait Valérie Boisvert. C’est d’ailleurs à cause d’une perte de contrôle d’un barreur que l’équipe a terminé 4e au 200 mètres. « Un bateau Dragon nous a percutés et notre embarcation est allée en frapper une autre. Sans cet accident, nous aurions sans doute terminé dans les trois premiers ».

Dans le 2 km, nous avons fini 6es et au 500 mètres nous avons remporté la médaille de bronze. « Nous étions dans la catégorie « Élite Woman » dans laquelle il y avait 20 équipes. Nous avons été sélectionnés en 2011, car nous avions atteint de hauts standards », ajoutait-elle.

« Comme manger du sushi »

Mais comment en vient-on à pratiquer ce sport? Pour Valérie Boisvert, l’histoire est particulière. « À mon travail, une équipe s’était formée il y a quatre ans. Je me suis jointe à eux. Je compare ça à manger du sushi. La première fois, tu te demandes ce que tu fais là, la deuxième fois tu aimes plus et la troisième fois, tu voudrais en manger toujours », commentait-elle en riant, précisant qu’elle a fait partie de cette équipe durant trois ans.

Par la suite, « Adrénaline Woman » a fait du recrutement et elle s’est présentée. « J’ai dû passer une série de tests d’efficience physique et finalement, j’ai été choisie. Depuis, on s’entraîne de trois à cinq fois par semaine. Dans deux ans, les Championnats mondiaux se tiendront en Italie et nous voulons y participer. Il faudra travailler très fort, mais je suis confiante », ajoutait-elle.

Valérie Boisvert a profité de l’occasion pour prolonger son séjour et se rendre aux Philippines où elle est demeurée une semaine.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires