Une carrière bien remplie

Par superadmin
Une carrière bien remplie
Claude Lavoie

Dans le cadre du Jour du Souvenir voici un récit de la carrière de Claude Lavoie. En mars 1983, quand le jeune soldat Lavoie fit son entrée dans les Forces Canadiennes au camp d`entraînement des recrues. Il était loin de se douter que 27 ans plus tard, il serait sergent-major de division à cette prestigieuse école. Et pourtant, il en a coulé de l`eau dans la rivière St-Maurice avant d`arriver à ce poste.

En mars 1983, notre jeune Latuquois fait son entrée à St-Jean avec 59 autres recrues, sur le Pelton 8312. Après avoir suivi avec succès sa formation de soldat de base, et son cours d`anglais, il se dirige vers Kingston en Ontario où il apprendra son métier, celui d`opérateur radio. Ce qui fera de lui avec le temps et l`expérience un spécialiste des communications tactique. En juin 1984, suite à sa formation, il fait son entrée à la base de Valcartier en banlieue de Québec, il sera muté à la 5e Ambulance de Campagne, une unité médicale qui assure la couverture médicale de nos soldats en campagne. Aussitôt arrivé en poste, il est désigné à couvrir les déplacements du pape Jean-Paul II alors en visite au Québec. Pendant 4 jours il suivra le pape dans ces déplacements. Pendant cette mutation à la 5e Ambulance de Campagne il sera déployé en Norvège.

 

C`est en se rendant en Europe, qu`il décide de demander une mutation en Allemagne. Aussitôt dit, aussitôt fait, le nouveau Caporal Lavoie s`envole pour 4 ans dans les vieux pays. Pendant ses quatre années outre-mer il visitera plusieurs pays. Même qu`il reverra le Pape Jean-Paul II alors qu`il est porteur du drapeau Canadien à Lourdes dans les Pyrénées une expérience inoubliable.

 

De retour à Valcartier en 1991, il est promu au rang de caporal-chef et est muté au 12e Régiment blindé du Canada, pendant cette mutation il sera appelé à se déployer à deux reprises en Bosnie-Herzégovine, soit en 1993 à Sarajevo et Zgone en 1996. En 1997, promu sergent, il est muté au Quartier Général de l`escadron de transmissions de Valcartier. En 1999, c`est en Afrique Central qu`il se déploie afin d`agir en tant qu`officier de liaison entre l`armée française et l`armée égyptienne. À son retour il sera une pierre angulaire dans la préparation de la couverture des communications tactique en prévision du fameux bogue de l`an 2000.

 

En septembre de la même année, il prend la route des Cantons de l’Est dans une position d`aviseur technique pour la réserve des communications le 714e Escadron de communication. C`est pendant son séjour à Sherbrooke qu`il sera appointé comme responsable des communications du chef de l`état-major des Forces canadiennes au cœur même du sommet des Amériques à Québec en 2001. En 2002, de retour à Valcartier, il occupera la position d`agent de liaison pour les systèmes téléphonique et informatique du secteur Est-du-Québec pour la Défense nationale. En 2004, promu adjudant il est muté de nouveau au Quartier général, toujours à Valcartier, pour développer une troupe de 40 opérateurs pour instaurer le nouveau système micro-onde.

 

En 2006, il est mandaté pour faire partie de la première équipe canadienne de mentor pour l`armée afghane. Il s`envole pour Kandhar pour une dure période de 7 mois. De retour au pays, il travaille aux opérations de la Brigade afin de préparer les rotations en Afghanistan, après dix mois seulement, il est volontaire pour retourner combattre auprès de l`armée afghane. Et en début 2009 il repart pour un autre 7 mois rejoindre ses nouveaux amis Afghans. Pendant les 14 mois qu`il passera en Afghanistan, il recevra deux médailles de l`Armée américaine pour service exceptionnel.

 

De retour au pays en octobre 2009, il est promu adjudant-maître et occupera la prestigieuse position d`opérateur-chef de la 5e Brigade de Valcartier. Il sera responsable des communications, des mutations, des promotions et du développement professionnel des opérateurs sur la base. En juillet 2010, la Branche des Communications lui obtient une position convoitée de sergent-major de division à l`école des recrues de St-Jean sur Richelieu. Chaque matin, vers 5 h 30 heures, quand il arrive à la base, et qu`il voit ses jeunes recrues, les yeux brillants, il se souvient, il se souvient du jeune soldat Lavoie qu`il était, aujourd`hui…il les dirige.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Jean Bérubé
Jean Bérubé
1 année

Que de souvenir! À sherbrooke ainsi qu’à la Citadelle de Québec lors du Sommet des Amériques