Une année d’abondance pour les petits fruits.

Par Francine Beaupre
Une année d’abondance pour les petits fruits.

Pour les amateurs de cueillette de petits fruits sauvages, la saison est phénoménale. Dame nature a vraiment été généreuse avec nous en nous offrant un printemps sans gel. Il y a des bleuets à faire perdre la tête à un gars du Lac St-Jean! Et ils sont gros! Comme dirait l’autre; trois bleuets pour une tarte!

Les petites fraises, framboises ou bleuets sauvages se retrouvent en abondance cette année. D’une année à l’autre, la récolte diffère. L’an dernier, il y avait eu un gel printanier, ce qui avait tué les fleurs des plants de bleuets. Sans fleurs, pas de fruits; sans fruits, pas de nourriture pour les ours notamment. On se souviendra de leurs visites intempestives dans nos cours et jardins. Cette année, ils pourront se remplir la panse avant d’entreprendre leur hibernation!

Quelle belle sortie en famille que d’aller en forêt cueillir ces petits fruits juteux et sucrés! On se munit d’un pique-nique, de beaucoup d’eau pour bien s’hydrater, de contenants, de patience, de crème solaire et surtout de chasse-moustique! Après tout, il n’y a pas que l’humain qui apprécie les étendues de bleuets, les insectes aussi. Mais plus préoccupant, les ours. N’oubliez pas d’être toujours vigilant, car rencontrer un ours peut être une expérience traumatisante si vous n’y êtes pas préparés. Avoir avec soi un sifflet ou tout autre objet permettant de faire du bruit est un bon début. S’il vous arrive malgré tout de rencontrer un ours noir, n’essayez surtout pas de vous en approcher. Reculez calmement sans courir, tout en gardant un œil sur lui. Ne lui tournez pas le dos. Il faut signaler votre présence en faisant du bruit ou en parlant d’une voix posée. Ne vous montrez pas agressif, car il ne doit pas se sentir menacé. Si vous êtes avec de jeunes enfants, prenez-les dans vos bras. Essayez d’avoir l’air plus gros que vous ne l’êtes en levant les bras ou en ouvrant votre manteau. En tout temps, vous devez laisser à l’ours la possibilité de fuir.

Et lorsque vous reviendrez de votre journée de cueillette, avec plusieurs kilos de bleuets, transformez-les en gâteaux renversés, en poudings ou en tartes et surtout…pensez à moi qui les aime tant, mais qui déteste les cueillir!

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires