Smurfit-Stone La Tuque : une épée de Damoclès guette l’usine?

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Smurfit-Stone La Tuque : une épée de Damoclès guette l’usine?
Une roulotte et une affiche à l’effigie du syndicat Unik local 34 ont été érigées la semaine dernière aux abords de l’entrée de l’usine. (Photo L’ÉCHO de La Tuque)

Smurfit-Stone a entamé sa procédure de sortie de la Loi sur les arrangements avec les créanciers (LAAC) depuis le 1er juillet dernier. Depuis la semaine dernière, le syndicat Unik (local 34) de l’usine Smurfit-Stone a fait installer une roulotte aux abords de l’usine latuquoise. Il n’en fallait pas plus pour que les rumeurs commencent à circuler. Une grève du local 34? La fermeture complète de l’usine?

Comme vous le savez, l’offre de l’employeur soumise aux membres du local 34 a été refusée à 99 % en mai dernier. Depuis ce temps, le président du syndicat Unik, Luc Pelletier, a discuté une seule fois avec les employeurs. « Le plus curieux dans cette négociation, c’est qu’on ne retrouve personne de La Tuque. Nous nous sommes fait dire par les employeurs qu’ils n’avaient plus rien à dire, et qu’ils ne reviendraient pas sur l’offre qui a été déposée. Ça fait 22 ans que je suis à l’usine, et ce n’est la première fois que je vois qu’il n’y a personne de La Tuque pour défendre nos intérêts locaux, autant du côté syndical que patronal. »

 

M. Pelletier affirme que l’incertitude gagne les membres du local 34 et que l’ambiance de travail est pire que celle entourant les négociations. « Nous voulons nous asseoir pour négocier, mais pas la compagnie. Le local 530 a laissé aller le fonds de pension comme les travailleurs de l’usine de Matane, mais de notre côté, c’est clair qu’on ne veut pas céder sur ce point. Nous avons deux possibilités : on se met à genoux devant la compagnie, ou on se tient debout. En 2007, nous avons fait des concessions en raison des difficultés financières de la compagnie pour justement, ne pas aller en faillite, mais le problème, c’est que ça n’a pas fonctionné. En plus, la compagnie ne respecte pas les règles sur le fonds de pension qui est prévu jusqu’en 2014. Est-ce que Smurfit-Stone fait ça pour nous obliger à signer ou pour qu’on fasse un move? »

 

Et la roulotte installée la semaine dernière, de quel symbole s’agit-il? «Ce n’est pas pour faire peur aux gens, mais c’est pour s’installer. J’ai toujours l’espoir d’avoir un téléphone de la compagnie disant qu’elle veut négocier.»

 

Concernant les rumeurs d’une grève des syndiqués du 34, le président a seulement souligné que l’exécutif syndical allait avoir des rencontres avec des avocats à la fin de la semaine. Nous aurons plus de détails ultérieurement.

 

Il existe toujours des signes positifs par contre. En 2010, la production de l’usine de La Tuque a été continue, et le carton produit a été vendu à mesure. La majorité des usines qui ont fermé dernièrement était en raison d’un manque de commandes. Puis, on retrouvait une publicité pour deux offres d’emploi dans le secteur de la santé dans notre dernière édition papier.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires